vendredi 19 septembre 2014

L'Amour, c'est simple comme un coup sur le fil

Araneus diadematus

Dans le jardin du Lutin, c'est à nouveau la saison des araignées.


Le mâle, à gauche, a tissé une toile rudimentaire de forme triangulaire appelée toile spermatique et y a attiré une jeune femelle ; il a négligé de lui apporter à manger pour l'occuper pendant l'accouplement, peut-être parce celle-ci est, pour une fois, de petite taille ou bien parce que ce prétendant est complètement inconscient. L'accouplement est fréquemment mortel si le mâle n'est pas assez rapide ou s'il a oublié le cadeau de mariage. Cela dit, il prend soin de faire vibrer devant lui sa longue deuxième paire de pattes pour leurrer la demoiselle dès qu'elle approche. S'en suit un tango fait de prudents rapprochements et de reculs jusqu'à la brève fécondation.

Le mâle a posé une goute de sperme sortant de son pli épigastrique sur le fil et ensuite, il pose ses pédipalpes (ne pas confondre avec les chélicères qui servent à mordre) sur la goutte pour aspirer le sperme.


Les pédipalpes faisant office de pipettes, il va falloir injecter le sperme dans le pli épigastrique de la femelle situé sous l'abdomen, et cela le plus vite possible car, même de petite taille comme cette demoiselle, la femelle araignée est dangereuse.

Pour résumer, le mâle épeire diadème fait l'amour avec les "doigts" sur le fil du rasoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire