jeudi 26 mars 2020

Coronagenda

Tout ce temps à gaspiller, il faut s'organiser en le rendant utile mais n'en faisons point trop. Déjà, j'ai mis deux jours à décaper ma modeste terrasse au lieu d'une journée. Je regarde fièrement le résultat : impeccable, et ce barbecue nettoyé à fond et prêt à l'emploi, c'est super. Bon, il ne va pas trop se salir dans le mois qui vient. Pour le moment, en terme de barbecue party, c'est partie remise.

Mon épouse a passé les derniers jours à nettoyer le jardin, il ne reste plus grand chose à tailler à part la bavette ; de plus, la déchetterie étant fermée jusqu'à nouvel ordre (ou ordre nouveau), les sacs de déchets verts s'entassent dans le garage sans espoir d'échappatoire et à Thouars, d'ailleurs ils sont aussi confinés finalement.

Zut, je fais quoi ce matin ? Les paniers à linge sont désespérément vides, un crève-cœur pour moi qui aime vraiment repasser au calme dans ma buanderie en écoutant France-Culture. Faudrait s'habiller plus pour salir plus mais comme je passe mes journées en short à vaguement vaquer, mon fer n'en a plus tellement sous la semelle. Pourtant, en ce moment, les Chemins de la Philosophie rediffusent une série passionnante sur Nietzsche, philosophe aussi limpide que son nom est pénible à écrire.

Je m'essaie bien à la réparation du volet roulant de la chambre et je ne passe pas loin de la catastrophe en m'ouvrant le mollet avec le cache du moteur qui a le mauvais goût de choir inopinément. Bon, le volet ne marche toujours pas correctement et au remontage, il  manque une vis qui s'est fait la malle par le regard du sous-sol.

Pas mal, en prenant mon temps grâce à ce bricolage inopérant et à cette plaie au mollet (soins et nettoyage du sang dans les godasses et sur la fenêtre), je suis arrivé à 11h30. Je termine la partie de Warcraft 3 que j'avais débutée hier soir. Je finis de poutrer l'armée de morts-vivants ennemie en lui coupant tout accès aux ressources. Je contrôle moi-même une autre armée de morts-vivants dont je maîtrise efficacement les codes. Ça ne paraît pas utile a priori mais ça pourrait servir ce genre de compétences si la situation s’aggrave...

 Par Ner'zhul, la belle force de frappe !

Mangeons léger. Mon épouse a plus de temps pour cuisiner et nous adaptons nos apports caloriques à notre moindre dépense énergétique.

Le thé : au moins une heure devant la télé à regarder un demi-film d'horreur. Ça s'appelle "Hostile" et ça se passe dans un monde apparemment ravagé par une sorte d'épidémie qui rend certains individus cadavériques et avides de chair humaine. Juste visible mais la fille a de très belles jambes.

Pas de bricolage cet après-midi mais chasse photographique dans les 100 m2 du jardin. Des éristales, des tas d'éristales mais aussi des osmies, une grosse mère bourdon terrestre et une coccinelle à deux points. Au bout de deux heures, jackpot ! Ma 37ème espèce d'hyménoptère : Nomada flava, une abeille coucou qui pond dans les nids d'autres abeilles solitaires. Oh la vilaine !


Le vent est tombé, le café au soleil ça n'a pas de prix. Quelques recherches entomologiques sur internet et c'est l'heure d'aller agiter les jambons. Je remplis mon abfällige Reisebescheinigung, j'y joins mon ausweis et je pars courir sur mon circuit réglementaire. Depuis quelques jours, j'effectue mon heure de sport solitaire de 19 à 20 h car le matin, je croisais des regards et parfois des gestes hostiles typiques de ces temps modernes d'inversion de valeurs où le sportif en bonne santé devient un suspect, ce qui n'est guère plus propre que d'être un suspendu.

Vitesse marathon durant 55 minutes ce jour d'hui. J'ai tendance à aller de plus en plus vite. Plus mon esprit se vide, plus mon fardeau s'allège. Trois fois je longe les terres inconstructibles le long de la Sarthe. On se croirait à la campagne à quelques centaines de mètres du centre-ville. Au dernier tour, le soleil se couche et la fugace heure bleue vient poétiser mes derniers instants de liberté. Le hamster retourne dans sa cage.






jeudi 19 mars 2020

Coronavirun

Pas aisé de se conformer aux instructions officielles quand on a eu 12 ans en 1968...  Il faut dire qu'avec ses neuf cas d'infection (zéro décès) pour 280 000 habitants, l'Orne fait figure de désert covid et c'est tant mieux. Cela dit, par respect d'autrui et par civisme, j'ai fait violence à l'ado rebelle qui sommeille toujours en moi et j'ai respecté tant que faire se peut les consignes de confinement.

Il faut dire que j'ai une maman de 92 ans à la santé incertaine dont je m'occupe régulièrement. Prendre le plus petit risque de lui amener le moindre virus serait de la folie. Donc, à plus tard Maman, on va s'envoyer des SMS. Il y a aussi mes amours de petites-filles que je ne puis voir pour le moment. Ça ce n'est pas drôle ! 

Pour le moment, il est autorisé de courir à proximité de chez soi. Là, mon expérience de hamster va me servir. Ayant participé aux 24h de la No Finish Line Paris quatre fois (107 km, 101 km, 101km, 128 km) sur le Champ de Mars, mon cerveau est déjà accoutumé à tourner en circuit court et puis circuit court, ça fait moderne et écolo. 

Mon quartier populaire de Courteille est suffisamment vaste et aéré pour qu'on ne se sente pas oppressé. Je descends l'avenue jusqu'à la rivière, huit cents mètres. Rue d'Echauffour : je longe la Sarthe jusqu'à la Fuie des Vignes, zone champêtre et inondable à quelques centaines de mètres du centre ville. Pas grand monde à part les quelques personnes qui vont encore au boulot en automobile. Je croise une maman qui fait son jogging sur la piste cyclable avec sa petite fille en vélo. Je la vois donner des instructions à son enfant. Je m'écarte ostensiblement pour que la maman ne s'effarouche pas. Elle me sourit, on se salue. Le cimetière Notre-Dame où mon frère accompagné de son fils et mon père se font face. Non loin se trouve la maison funéraire. Un enterrement en petit comité se prépare. Encore deux cents mètres et ce sont les pompes funèbres, une vieille entreprise d'Alençon dont les vieux natifs comme moi se remémorent encore l'ancienne enseigne "Pompes funèbres Bouillon anciennement Mordefroy" ça ne s'invente pas...

Je remonte par la rue de La Billardière du nom de Jacques Julien Houtou de La Billardière le célèbre botaniste qui a donné son nom à l'Atraphaxis billardieri. Dans cette rue, se trouve la maison où vécut le non moins célèbre maréchal et intrépide Lyautey dont on disait que c'était un homme qui avait des c....... au c.. mais que ce n'était pas toujours les siennes. 

Voilà, je tourne rue Cazault et passe le pont de Courteille. Je suis chez moi : 3,5 km et toujours à 1km max de chez moi. Il fait soleil et les rues sont quasi désertes, on repart pour un tour puis un autre. Au total 10,5 km en 56 min.

Ce n'est pas la magnifique forêt d'Ecouves mais c'est supportable. En accomplissant cela sept jours sur sept, je crois que ça va le faire...

Et puis, il fait beau. Cet après-midi on va jardiner.




mercredi 4 mars 2020

Cent mètres carrés : Mes hyménoptères (I)

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.


Hyménoptères (1ère partie)

Le terme hyménoptère signifie "ailes membraneuses", ce qui n'est pas très précis pour cet ordre d'insectes aussi fourni que les coléoptères. Bon, en gros, ce sont des insectes qui font bzzz dont certains pourraient piquer mais qui ne le font pas ou alors c'est parce que vous l'avez vraiment cherché !


 Apis mellifera

On ne présente pas l'abeille domestique. C'est un peu la vache des insectes sauf qu'elle produit du miel à la place de lait. Comme chacun sait, il y  trois types d'abeilles dans une ruche : la reine qui pond des œufs, l'ouvrière (multi-tâches : elle change de métier lors des étapes de sa vie) et le faux-bourdon, le mâle réservé à la reproduction lors des vols nuptiaux.
Connue depuis la préhistoire, l'abeille ne fut vraiment domestiquée qu'à la période de l'Egypte antique où on installa les essaims dans des ruches rudimentaires. En effet, si l'abeille n'est pas commode quand on s'approche de la ruche, elle est parfaitement pacifique quand, à la belle saison, les jeunes reines fécondées quittent la maison bien accompagnées pour fonder une ruche ailleurs. J'ai moi-même pu vérifier l'absence d'agressivité des abeilles en essaim lors de l'atterrissage d'une petite dizaine de milliers de ces insectes dans la cour de l'école où je travaillais. J'ai pu constater que l'apiculteur convoqué pour l'occasion n'avait même pas pris la précaution de mettre des gants pour capturer la reine et la mettre dans une ruchette où elle fut bientôt suivie par la plupart des autres abeilles. J'ai moi-même quasiment mis le nez dans l'essaim pour faire cette photo avec le petit appareil de l'école :


Cela dit, ne vous avisez pas d'approcher une ruche en activité, les abeilles, après avoir souvent pratiqué des vols d'intimidation, attaquent en nombre et peuvent être vraiment dangereuses. Sur les 15 à 20 décès en France par an (source INVS) dus aux piqûres d'hyménoptères, les abeilles sont à égalité avec les frelons mais nettement derrière les guêpes. Ne nous affolons pas, ces insectes n'attaquent que quand ils se sentent menacés et leur piqûre n'est dangereuse que pour les personnes peu nombreuses qui y sont allergiques (en premier les apiculteurs qui sont deux à trois fois plus susceptibles de faire une réaction allergique que les autres adultes, les enfants étant trois fois moins exposés à ce risque que les adultes en général (source INSERM).

******

 Xylocopa violacea

Cette abeille solitaire de taille impressionnante est appelée abeille charpentière ou xylocope. C'est une butineuse et pollinisatrice hors pair qui va de fleur en fleur sans s'occuper de vous qui êtes bêtement effrayé par son vol bruyant. Son nom latin fait référence aux reflets violets de son corps sous une certaine lumière. C'est un animal thermophile et ses effectifs semblent se multiplier à la faveur du réchauffement climatique. Ce très pacifique insecte est un bon auxiliaire du jardinier pour peu qu'il laisse traîner un tas de bois quelque part car notre abeille est une vraie chignole entomologique qui va percer des galeries pour y loger ses œufs accompagnés d'un petit tas de pollen destiné à nourrir la future larve. Les dégâts occasionnés par cet animal resteront toujours très limités (quelques trous dans votre bois de chauffage ou dans votre charpente extérieure à la seule condition que celle-ci soit déjà en mauvais état). Là où cela devient vraiment intéressant, c'est que notre abeille perce de profondes galeries dans lesquelles elle peut déposer cinq à six œufs en enfilade séparés par des cloisons de sciure compactée ; or c'est du dernier œuf pondu que va sortir le premier insecte adulte alors que le premier œuf donnera le dernier spécimen à sortir de la galerie. Donc, le xylocope applique des procédés propres à ralentir le développement des premiers pondus et à accélérer celui des derniers pondus. Reste à savoir si cela est lié à des dosages hormonaux ou au dosage de la quantité de nourriture par cellule...
Pour aller plus loin : l'excellent site insectes-net.fr que je remercie pour ses infos.

******

Bombus terrestris

Encore un ami du jardinier, le bourdon terrestre est un pollinisateur plus efficace que l'abeille et il semble plus résistant à la pollution que celle-ci mais aussi aux basses températures. Un nid de bourdons, situé au niveau du sol, contient 30 à 50 individus avec une reine, des ouvrières et des mâles (issus d’œufs non fécondés) comme les abeilles et tout comme celles-ci, le bourdon produit du miel mais en petite quantité car l'espèce n'a pas besoin de réserves pour l'hiver car toutes les ouvrières meurent à l'automne ce qui fait qu'au printemps, la reine des bourdons est seule à construire son nouveau nid. 

******

 Bombus pratorum

Le bourdon des prés est facile à reconnaître à sa houppe jaune et l'extrémité rouge orangée de son abdomen. Il est précoce et peut se voir dès le mois de mars. C’est un opportuniste qui peut nicher dans des galeries ou dans des nids abandonnés avec une préférence pour les nids au-dessus du sol.

******

Bombus agrorum (pascuorum)

Le bourdon des champs est aussi une espèce très courante et précoce qui niche le plus souvent au niveau du sol. Un nid peut compter une centaine d'individus. C'est le bourdon qui butine le plus grand nombre de variétés de fleurs d'où sa grand utilité.

******

Bombus lucorum (mâle)

Bien que plus petite, la femelle du bourdon des forêts est difficile à distinguer de celle du bourdon terrestre alors que son mâle présenté ici se distingue bien grâce à son aspect grisonnant.  

******

Psithyrus campestris

Le psithyre des champs est un bourdon coucou qui parasite surtout le bourdon des champs. La femelle s'introduit dans le nid de son hôte où elle se cache jusqu'à ce qu'elle soit imprégnée de l'odeur de la colonie. Elle va ensuite pondre ses œufs (seulement des reines et des mâles) qui sont pris en charge par les ouvrières de l'autre espèce. 

******

Osmia cornuta

L'osmie cornue est une petite abeille solitaire qui se met à butiner très tôt et vous aurez des chances de la voir avant les premières abeilles et les premiers bourdons. C'est un insecte très actif qui peut butiner par météo froide ou assez mauvaise et son rôle de pollinisateur peut être déterminant pour les espèces fruitières les plus précoces. Elle a des méthodes de nidification très proches du xylocope car elle aussi fore des galeries dans du bois où elle loge ses œufs dans des cellules en enfilade. Les derniers pondus sont donc les premiers sortis mais là, on connaît la stratégie de l'osmie : elle pond des œufs mâles en dernier car ceux-ci ont un développement plus rapide.

******
Osmia bicornis

Encore une pollinisatrice efficiente ! L'osmie rousse, plus costaude d'aspect que sa cousine cornue, butine au moins vingt espèces de fleurs et est dès mars très efficace pour la pollinisation des arbres fruitiers et les arbustes à baies. Elle pond aussi ses œufs dans des galeries de bois et les cloisonne avec de l'argile préalablement préparée avec sa salive. 

******

Andrena cineraria


L'andrène grise est une jolie petite abeille solitaire qui creuse son nid dans le sol où elle aménage deux à trois cellules. C'est une butineuse efficace comme toutes les abeilles et fait partie des principaux pollinisateurs du colza (source : université de Rennes)

******

 Andrena morio

L'andrène noire est, semble-t-il moins connue que sa cousine grise. Je n'ai trouvé que la liste des plantes butinées par cette abeille solitaire et elle est conséquente : asphodèle, ciste, coriandre, carotte, carotte sauvage, coquelicot, anis, moutarde blanche, germandrée, tordyle et divers ophrys (orchidées sauvages). Source : Florabeilles.

******

Chelostoma rapunculi

Le chélostome des campanules est une toute petite abeille qui, comme son nom l'indique, est spécialisée dans le butinage des campanules mais aussi de la centaurée, ce qui ne l'empêche pas d'apprécier mon chardon bleu.


Vous croyez en avoir fini avec les abeilles, vous avez tort. La suite au prochain épisode...



mardi 18 février 2020

Cent mètres carrés : Mes lépidoptères (II)

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.


Lépidoptères (2ème partie)

Après avoir passé en revue mes papillons de jour, j'aborde maintenant les sésies, phalènes, les papillons nocturnes ou crépusculaires, et même les papillons qui devraient être nocturnes mais qui n'étaient pas au courant... Je n'en ai trouvé qu'un petit nombre vu que je ne fais pas de photos la nuit. Pourtant, ces papillons représentent huit à dix fois plus d'espèces que les papillons de jour et sont parfois d'une grande beauté comme ce grand paon de nuit large comme une main que j'ai déjà croisé dans mon jardin une nuit d'été ou le magnifique sphinx de la vigne, énorme papillon jaune et rose.

 Macroglossum stellatarum

Le sphinx colibri est un phénomène difficile à photographier car c'est un butineur fou qui change de place toutes les deux à trois secondes. Ce papillon peu voler à 50 km/h et aspirer son poids en eau sucrée en moins de 20 min, ce qui l'oblige à uriner tout en butinant pour ne pas s'alourdir. Tout cela pour alimenter son moteur de dingue qui lui permet de faire tourner ses ailes de 65 à 75 tours/seconde. C'est un migrateur originaire d'Afrique du Nord mais depuis un certain temps, des individus sédentaires s'observent chez nous, faisant souche sur place grâce au réchauffement climatique.

******

Synanthedon formicaeformis


Les sésies sont des papillons dont les ailes manquent d'écailles et dont les membranes centrales sont ainsi translucides. La sésie fourmi pond ses oeufs sur les saules dont les feuilles servent de nourriture à ses chenilles.


******

Synanthedon tipuliformis

La chenille de la sésie du groseillier s'attaque à la moelle des branches de groseillier et de cassissier, provoquant le dépérissement des arbustes (le cassissier y résiste mieux mais on ne sait pourquoi). Comme un certain nombre d'autres sésies, ce papillon imite plus ou moins les vespidés (guêpes) pour échapper à certains prédateurs. 

******

Adela reaumurella

L'adèle verdoyante vit à proximité des arbres et sa chenille se nourrit dans la litière où elle s'abrite en formant un manteau de débris de feuilles autour de son corps. Les mâles comme présenté ici ont des antennes quatre à cinq fois plus longues que le corps. Ils volent en essaim à la saison (entre avril et juin selon la région) puis se reproduisent avec les femelles aux antennes bien plus discrètes. L'activité de l'adèle ne dure qu'environ deux semaines et il n'y a qu'une génération par saison. 

******

Cydalima perspectalis

Ce joli papillon n'est autre que la terrible pyrale du buis dont j'ai vu les terribles dégâts lors d'une rando sur le causse du Larzac en septembre dernier : pas un buis n'avait survécu et mon passage à proximité des arbustes soulevait des nuages de pyrales. La petite chenille de ce papillon prolifique est d'une voracité sans nom et détruit littéralement le milieu dans lequel elle vit obligeant l'espèce à se déplacer ou bien périr. La pyrale, insecte asiatique, est arrivée en France en 2008 en passant par l'Allemagne et elle a maintenant envahi tout le pays. En ce qui concerne mes buis, il a fallu peigner les arbustes pour prélever les chenilles à la main et leur offrir un bain bien chaud. Et il faut recommencer jusqu'en novembre car l'animal ne cesse de se reproduire (3 générations minimum et 200 à 300 œufs par femelle) et hiverne à l'état de chenille ou de chrysalide. Seul le froid arrête son activité, le réchauffement global actuel lui ouvre donc d'intéressantes perspectives. En Europe, cet insecte n'a pas de prédateur déclaré mais en Chine, le frelon asiatique se nourrit de ses chenilles. Manque de bol, ici on fait la chasse à ce frelon pourtant plutôt pacifique. Caramba, encore raté !

******

Chiasmia clathrata

Le géomètre à barreaux est une phalène diurne courante dans toute la France, sa chenille se nourrit sur les légumineuses, les genêts, le trèfle.

******

 Triodia sylvina

Ah, voici un vrai papillon de nuit égaré de jour dans mon jardin. La chenille de la sylvine vit deux ans dans le sol en se nourrissant de racines de plantain, de pissenlit, de carotte, fougère... encore quelqu'un de pas difficile.

******

 Emmelina monodactyla

Mais si, le ptérophore du liseron est un papillon très courant et très discret surtout dans cette position. Bon, s'il ouvre ses ailes, ce n'est pas à son avantage avec son air un peu mité...  Vu son nom, on se doute de ce que mange sa chenille ; les jardiniers trouveront donc ce petit papillon fort sympathique.



mercredi 5 février 2020

Cent mètres carrés : Mes lépidoptères (I)

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.


Lépidoptères (1ère partie)

S'il est un ordre d'insectes qui a bonne presse, c'est bien celui des lépidoptères, autrement dit les papillons. Ils sont jolis, ne bourdonnent pas et évitent de se promener sur vos aliments ou sur votre très vieille grande-tante. Le papillon est Disney-compatible, contrairement à nombre de petites bêtes qu'on écrase sans réfléchir juste parce qu'on les trouve moches ou gênantes. Et pourtant... et pourtant le nombre de papillons a été divisé par deux ces vingt dernières années et, si je me réfère aux souvenirs de prés couverts de papillons de mon enfance, ce serait bien une division par dix ces cinquante dernières années. Eh oui, malheureusement pour eux, ces si gracieux insectes ont des formes larvaires appelées chenilles et celles-ci ont parfois un comportement vorace qui déplaît à l'homme qui s'empresse de balancer des nuages de produits tchernobylisants autant que minamatesques dans la campagne et même dans certains jardins. Ce n'est pas le cas chez moi où j'ai recensé quelques espèces.

Polygonia C-album

Le Robert-le-diable est facilement reconnaissable à ses ailes découpées. Il ne faut pas trop se fier à sa couleur qui va du jaune au rouge en passant par l'orange mais il y a un truc qui permet de l'identifier à tous les coups : le revers de chaque aile comporte un petit "C" blanc dessiné d'où son nom latin (C-album = C blanc). Sa chenille peut se nourrir sur votre noisetier ou votre groseillier et est couverte de blanc, ce qui la fait ressembler à une fiente d'oiseau, la protégeant des volatiles qui répugnent à manger leur caca !

******

 Aglais urticae

La petite tortue est un des papillons les plus courants, on le trouve un peu partout des plaines aux montagnes à condition que la nourriture de sa chenille s'y trouve, ce qui n'est pas rare vu que c'est l'ortie (urticae). Comme la précédente espèce, c'est un papillon hivernant : la dernière génération (2ème ou 3ème selon l'endroit) passant la saison froide à l'état imagal dans des granges ou autres bâtiments d'où il ressort très tôt, parfois en mars avant la fin de l'hiver.

******

 Vanessa atalanta

Très courant, le vulcain est aussi un papillon de l'ortie mais c'est en plus un grand voyageur qui passe l'hiver dans la zone méditerranéenne pour remonter dans le nord au printemps. L'adulte (imago) ne se nourrit pas d'orties comme le font ses chenilles mais il butine ou alors il va sucer le jus de fruits mûrs ou même pourris. La chenille, ne possédant pas de système de défense s'enroule dans les feuilles d'ortie pour se protéger des prédateurs et manger tout à son aise.


******

Maniola jurtina

Le myrtil est un papillon ubiquiste, en gros, cela veut dire qu'on le trouve quasiment partout... Il est effectivement très courant car sa chenille se nourrit de poacées, c'est à dire les graminées qui sont les plantes les plus répandues. C'est plutôt un papillon d'été qui hiverne sous forme larvaire. Les mâles (dessus des ailes marron) éclosent les premiers et s'accouplent avec les femelles (dessus des ailes marron et jaune) dès qu'elles pointent le bout de leur trompe. Les premiers mâles ont maintenant tendance à éclore fin mai avec deux semaines d'avance sur leurs habitudes d'il y a trente ans, preuve s'il en est d'un réchauffement global progressif (source : Bourgogne Franche-Comté Nature).

******

 Pararge aegeria

Le tircis est encore plus courant que ses camarades cités ci-dessus et c'est aussi dû au fait que ses plantes hôtes sont partout comme les poacées y compris le chiendent. Très courant en lisière de forêt, il s'observe aussi dans les jardins et les parcs d'avril à octobre (trois générations). Le mâle a un comportement territorial et monte la garde sur son petit domaine alors que la femelle passe son temps à... papillonner. Les mâles défendent âprement leur zone, n'hésitant pas à se battre pour chasser les importuns. Une étude de l'Université de Lyon a permis de prouver que plus le territoire d'un mâle est grand et éclairé, plus il avait de chances de s'accoupler car cela lui permettait de mieux repérer ces dames.

******

Aglais io

Le paon du jour est aussi beau que répandu, sa chenille vit elle aussi sur les orties et l'adulte butine toutes les fleurs qu'il rencontre. Les ocelles de ses ailes sont censés effrayer les éventuels prédateurs et, si cela ne suffit pas, il replie ses ailes, montrant des couleurs brunes qui se fondent facilement dans le décor. C'est un papillon trogloxène qui n'hésite pas à se reposer ou hiverner dans des cavités naturelles ou artificielles (grottes, cavernes, mines, tunnels...).

******

Pieris brassicae

La piéride du chou est ce papillon blanc à revers jaunâtres dont la chenille se nourrit de chou (quelle surprise !) mais aussi de capucine. L'espèce n'est pas menacée et résiste plutôt bien à la pollution générée par l'homme. Heureusement pour les amateurs de chou, la population de piérides est régulée par plusieurs petits parasites hyménoptères ou diptères qui pondent leurs œufs dans les chenilles qui sont ensuite dévorées par les larves. Ces parasites maintiennent ainsi un équilibre naturel qui empêche l'espèce de trop se développer. Et en plus, ça ne pollue pas !

******

Iphiclides podalirius

Le flambé est un grand et magnifique papillon. Malheureusement, le seul  spécimen que j'aie pu photographier dans mon jardin avait beaucoup vécu et l'on observe mal ses deux longues queues et son bel ocelle coloré. Je ne vais pas me plaindre car ce papillon est thermophile et est assez rare dans le nord. Pour tout dire, celui-ci est le premier que je vois dans ma région. Par contre, j'en ai observé pas mal dans les Alpes où ils font du "hill toping", pratique consistant à se regrouper en masse au sommet de collines pour pratiquer la sexualité de groupe avant de redescendre pour vaquer à d'autres occupations. Sa chenille se nourrit généralement sur des arbres fruitiers.








lundi 13 janvier 2020

Cent mètres carrés : Mes coléoptères (III)

Cette série de billets a pour but de faire un catalogue forcément incomplet des arachnides et insectes photographiés par mes soins dans mon petit jardin urbain d'Alençon de seulement 100 m². J'avais déjà commis un billet en 2017 mais je m'étais arrêté à 100 spécimens alors que chaque année m'apporte de nouvelles surprises ; de plus, ce billet ne comportait que des photos. Ce  petit hobby scientifique m'a beaucoup appris, entre autres que, pour qui sait regarder, la beauté de la nature est infinie. J'estime l'identification des espèces exacte à 95%. Que les spécialistes pardonnent mes éventuelles erreurs et qu'ils m'en fassent part que je les rectifie.



Coléoptères (3ème partie)

Melolontha melolontha

Voici le seul hanneton commun que j'ai pu photographier en dix ans dans mon jardin. Dans mon enfance, cet insecte était bien connu des enfants qui jouaient volontiers avec ces animaux qui, après avoir passé trois années à grignoter les petites racines (radicelles) dans le sol, sortaient par milliers au printemps et quand je dis par milliers, il faudrait dire par millions ou même par milliards si l'on en croit "L'Année Scientifique et Industrielle de 1888" relatant le "Hannetonnage" des enfants des écoles chez mes voisins mayennais d'Ernée (texte édifiant à voir sur Insectes.net). Le DDT puis d'autres peu sympathiques produits tchernobyliens ont ensuite remplacé les petites mains pour faire presque disparaître cet insecte qui avait le tort d'être incroyablement prolifique, entraînant par là-même dans l'abîme tout un tas d'autres espèces d'insectes ainsi que les oiseaux qui s'en nourrissaient. Même si l'on ne peut ignorer les dégâts des hannetons (avec 50 larves au mètre carré, plus grand chose ne pousse), traiter ainsi les sols revient à vouloir régler le problème de la petite délinquance en employant des bombes au napalm. Donc, si vous trouvez des larves de hanneton en bêchant votre jardin, prélevez-les à la main et mettez-les chez votre voisin qui, de toute façon, a un jardin plus moche que le vôtre. Ou alors, exposez les larves à l'air libre dans un récipient où les oiseaux viendront se servir.
Attention, si vous trouvez des vers blancs dans votre compost, ce sont des larves de cétoines qui sont utiles à ce même compost.

******

 Trichius fasciatus

Autre scarabéidé, la trichie fasciée (Bee beetle en anglais) ne pose par contre aucun problème pour le jardinier car sa larve se développe dans le bois en décomposition quant aux adultes, ce sont des butineurs (un peu brouteurs quand même...) participant comme les abeilles à la pollinisation des fleurs. 


******

Lucanus cervus

Le lucane cerf-volant est le plus grand insecte européen, du moins le mâle (souvent 8 cm) car la femelle est nettement plus petite et ne comporte pas ces imposantes mandibules qui pourtant ne causeront pas de dégâts à vos mains si vous vous saisissez du mâle alors que celles de la femelle, plus modestes mais bien acérées, peuvent pincer jusqu'au sang. En fait, les grands attributs du mâle lui servent à la castagne car ces messieurs se battent comme des chiffonniers pour la possession des femelles. La plupart du temps, ces bagarres se soldent surtout par des rayures sur la carrosserie et peu de blessures à part d'amour-propre en ce qui concerne les vaincus.


******

 Clytus arietis

Passons aux Cérambycidés, ces insectes longicornes. Le clyte bélier a un petit air de guêpe mal imitée mais il est totalement inoffensif. Les larves se développent dans du bois mort  et les adultes se nourrissent de nectar et de pollen. 


******

Agapanthia cardui

Chez l'agapanthie du chardon, c'est le mâle qui est nettement plus petit que la femelle (ce qui est très fréquent chez les insectes sauf chez le lucane). La femelle de ce longicorne pond dans les tiges des chardons où les larves se développent. L'espèce apprécie aussi les marguerites et les mélilots.

******

 Brachyleptura fulva

Le lepture fauve se rencontre plutôt dans les bois où se développent ses larves mais les adultes lors de leur courte vie (deux à trois semaines) voyagent assez pour arriver chez moi où ils se nourrissent de nectar et de pollen. 

******

 Stictoleptura rubra

Autre longicorne très proche du précédent, le lepture rouge pond ses œufs dans du bois mort de conifères. Le pronotum (plaque au-dessus du thorax) du mâle est noir et celui de la femelle est rouge. On a donc droit à une dame sur la photo.

******

Oedemera podagrariae

L'œdémère ochracé (famille des oedeméridés) se trouve souvent sur les ombellifères mais il ne dédaigne pas mes chardons bleus. Comme pour les cérambycidés, les adultes se nourrissent sur les fleurs et les larves dans le bois mort. Imaginez l'état d'encombrement des forêts si toutes ces espèces d'insectes aidant à la décomposition du bois n'existaient pas !

******

Rhagonycha fulva

Malgré la ressemblance avec les oedeméridés, le téléphore fauve fait partie d'une autre famille, celle des cantharides. Le téléphore fauve se nourrit de petits insectes et de pollen (il participe donc à sa dispersion et à la pollinisation comme de très nombreux insectes) sa larve vit au sol et se nourrit aussi de petits insectes et de jeunes escargots. Le jardinier y voit là une certaine utilité !

******

Lagria hirta

Les ténébrions sont une vaste famille de coléoptères dont le plus connu est le ténébrion meunier dont la larve est le ver de farine. La larve de la lagrie hérissée se contente de consommer des végétaux en décomposition, surtout les feuilles mortes. Les adultes se nourrissent essentiellement de pollen et de nectar. 

******

 Otiorhynchus armadillo

Terminons par les curculionidés ou charançons dont il existe 1500 espèces en France. Ce sont des polyphages peu aimés des jardiniers mais ils sont si mignons que je me garderai bien de leur faire du mal. Celui-ci ne semble pas avoir de nom vernaculaire.

******

Lixus angustatus

Le charançon de la mauve se nourrit sur cette belle plante qui ne pousse pas dans mon jardin. Je suppose que ce spécimen (c'est une femelle, ça se voit à sont rostre noir) était de passage.