mercredi 5 novembre 2014

Le petit bonhomme en bois

Woodkid
 
Woodkid, plus qu’un alter ego, est un projet débuté en 2011 par Yoann Lemoine, jeune artiste Lyonnais, né en 1983, habitant maintenant à New-York. Il était temps que j'en parle car il vient d'annoncer l'arrêt du projet Woodkid pour au moins 5 ans, l'artiste se consacrant actuellement à l'écriture d'un film.

Extrait de sa lettre datant de juillet 2014 :

The Golden Age a été une aventure incroyable.
Il y a 6 ans, j’étais un simple réalisateur de films indés, travaillant dur pour pouvoir payer mon loyer et j’ai écrit mes premières chansons, presque comme une blague. Je n’aurais jamais pensé une seule seconde que j’allais finir sur scène, chanter pour des centaines de milliers de personnes. J’ai porté ce projet comme si cela était mon bébé, chaque jour de ma vie pendant 4 ans, et ce n’était pas toujours facile.
J’ai besoin de prendre un peu de repos, penser au futur et travailler sur de nouveaux projets, faire plus de musique, du son, ouvrir mon esprit à nouveau, me concentrer sur mes premiers films et d’autres alternatives artistiques que je souhaite développer.

Il nous reste heureusement un album et quelques singles (je recommande surtout "Iron" pour les chansons "Brooklyn" et "Baltimore Fireflies") ; l'essentiel étant, bien sûr The Golden Age, album sorti en 2013, petite merveille d'énergie mélancolique à l'orchestration somptueuse.

Pochette de The Golden Age

Dans cet album à la finition exceptionnelle, l'ample et étrange voix de l'artiste est accompagnée de percussionnistes et d'un ensemble de cuivres qui dresse des murs déferlant comme de véritables tsunamis musicaux, le tout étant accompagné de claviers électroniques. Ce n'est ni rock, ni électro, l’ensemble est unique en son genre. Un exemple de ce son dans  "Ghost Lights":


L'univers sensible de Woodkid est aussi graphique et onirique comme dans ce clip réalisé par l'auteur lui-même :


Concernant le titre de l'album, Yoann Lemoine s'explique à ce propos : 

C'est un disque sur la perte de l'enfance. L'album s'ouvre sur le moment où elle s'est terminée, lorsque j'ai quitté Lyon pour Paris. Je me revois avec ma mère franchir le seuil de notre appartement, à 18 ans. Je me suis retourné et il n'y avait plus rien, j'ai entendu comme un appel et j'ai compris que l'âge d'or venait de se clore.

Pour terminer et rester dans l'univers graphique du XXIème siècle, voici le clip officiel du jeu Assassin's Creed Unity dont la musique illustrative est la chanson titre "The Golden Age":




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire