samedi 16 octobre 2010

Cross FSGT de Rânes 2009

Un cross en diagonale...
 
 
C'est le redémarrage des cross FSGT avec son lot traditionnel de boue, rires, souffles et collations. Un monde de sportifs-travailleurs dans lequel je me sens bien, un monde d'effort et de vin chaud, un monde réel : âpre et enthousiasmant comme la vie.
 
Comme la vie... Maintenant, je pense à Annick qui a abandonné hier au début du Grand Raid de la Réunion. Pourtant elle s'était préparée comme les autres Alençonnais qui participaient à cette folle Diagonale. Elle ne fait pas partie de notre groupe de Trailers d'Ecouves mais nous la croisons constamment car notre confrérie s'étend bien au-delà de nos folies Ecouviennes.
 
Je pense à Annick et surtout à Daniel, son mari. La vie n'est pas juste et je le sais depuis l'enfance, c'est ce qui m'a donné le sens de l'humour. Daniel, je le saluais dès que je le voyais, échangeant à chaque fois quelques mots amicaux...
La dernière fois que je l'ai aperçu, c'était comme souvent sur le bord d'une piste de cross. Il était assis dans sa chaise roulante et supportait les coureurs qui passaient.
Je ne sais pas pourquoi, ce jour-là, je ne suis pas allé le voir, trop pressé de m'équiper pour le cross ou subitement intimidé par le courage de cet homme qui assumait sa maladie comme il avait assumé sa vie de sportif : avec dignité.
 
Quelques temps après, j'ai appris que la leucémie l'avait emporté. Et je ne lui ai pas tendu la main une dernière fois...
 
 
Cette année, la saison commence avec un temps de...saison.  C'est bien ainsi, le Cross c'est la pluie et la boue après tout...
L'hippodrome de Rânes reçoit un léger crachin, l'air est doux. Il ne manque plus que...
 
Il ne manque plus que ceux qui m'ont amené au cross et qui souffrent sur les durs chemins de la Réunion. L'hippodrome paraît vide sans eux.
 
Sans que le Mustang et le Riah50 ne s'en aperçoivent, j'arrive dans un drôle d'état d'esprit à ce premier cross de la Saison. Ricounet, mon responsable de club n'est pas là pour me donner mon dossard et ma licence assisté de Ricounette sa plus qu'épouse.
 

Comment pouvait-il faire beau sans le sourire de Sylvie... Je sais depuis ce matin que le couple vient de terminer le GRR en 57 heures. Je sais que ça a été terrible mais ils ont fini. Quelle épreuve et quelle beauté !
J'arrive pour assister au départ des féminines-minimes-cadets garçons. Juste une petite photo, je n'ai pas la motivation pour faire un reportage aujourd'hui. 


Il faut dire que mon assistant-reporter Bin' n'est pas là non plus. Il accompagne son père aux Templiers où celui-ci vient de boucler l'ultra-trail de 120km en 17h33' avant d'aller encourager sa mère qui court le marathon-trail.

Il en manque sur la photo... Hormis Bin' qui vient de passer minime, il manque Simone aussi à la Réunion qui commence sa saison V3 en courant le Semi-Raid et Mireille qui court le Grand Raid avec son mari Christian et son fils Pascal.

 

A gauche : Maman et son petit. A droite : Papa.

Christian et Mireille ont aussi fini le GRR en 57 heures mais il leur a fallu laisser leur grand fils à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée. Je devine le déchirement...


Raymond, lui aussi a dû renoncer, vaincu par la déshydratation. Décidément, la Réunion ne lui a pas plus porté chance que le Mont-Blanc. Et pourtant, quel formidable trailer, ce Raymond !


C'est assez modérément que je débute ma course derrière mon ami Riah50 qui fait pour la première fois le cross court qu'il va remporter en V3.
 
 
Je passe mon coach assez vite et je me mets à courir sur la partie avant des pieds, bénéficiant ainsi d'une meilleure accroche de mes pointes de cross.

Après quelques mètres de berme (Si, si, un m !) le long d'une route, nous retournons vite dans l'immense hippodrome pour aborder quelques buttes et trous qui agrémentent ce cross aux difficultés modérées.

Je sens que ça va bien se passer. Mes muscles répondent à mes sollicitations. Il faut dire que mon ami Loulou m'a communiqué à distance un peu de son incroyable énergie qui lui a permis de boucler les 147 km du GRR en 36h57' !

 Bravo Loulou ! 

Je passe mon temps à doubler des concurrents, c'est bon signe. Nous remontons vers les tribunes où se trouve à gauche la bifurcation du cross court, je tourne à droite pour redescendre vers les étangs, une petite boucle d'un peu plus d'un kilomètre. J'aperçois à un moment le Mustang qui me suit à moins de 100m. Je l'encourage : "Allez mon Mustang !".

 Il a réussi à se tromper de maillot en faisant son sac !  Bon, c'est bleu quand même !

Un tour derrière les tribunes, j'ai l'impression de m'envoler. Le Mustang ne suit pas. Je viens de repérer François, un camarade ancien ultra-trailer qui reprend la course. Ça me fait plaisir de le voir remettre le pied à l'étrier. Le gars a été brillant (8h20 aux 100km de Millau...) et il a de beaux restes. Me voir à son niveau le surprend un peu et il me félicite gentiment. Le moins que je puisse faire, c'est de répondre à sa sollicitation amicale en relançant la course. François résiste un moment mais le manque de côtes et de forêt l'empêchent de me suivre dès que cela remonte. Il me cèdera 30 secondes...
C'est la fin de la deuxième boucle et je continue à doubler. Au sortir du tour des petits étangs, je reviens vers les tribunes avec un jeune qui résiste à mes accélérations.


Le gars va finir sept secondes devant moi. Je termine en 33'38" en milieu de tableau, ce qui est honorable dans ce type de course où ne figurent que des athlètes aguerris. Je suis 16ème V2... le cross, ça rend modeste. 
Nous ne sommes que quatre à partager les gâteaux, c'est peu...

  Entre Riah et Mustang : Philippe.
Il a un nom de famille à essayer de signer des contrats dans un album de Gaston...
 
En l'honneur de nos héros, j'ai amené une bouteille de Jurançon que nous sifflons à quatre pour accompagner la tarte et gâteau au chocolat. Cela me redonne un peu de gaîté intérieure (ma gaîté extérieure ne m'a jamais quitté). 

Dans deux semaines, nos amis seront là et le prochain cross sera comme à l'accoutumée : une chaleureuse tradition qui, un moment, nous fera oublier  nos failles.
 
 
Photos de la course : Normandiecourseapied

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire