jeudi 14 octobre 2010

L'Adagio de qui ???

L'autre jour, j'étais dans une salle d'attente et je suis tombé par hasard sur cet article de l'Express datant de 2007 :

Durant la campagne présidentielle, Hervé Morin s'est adressé à Claire Gibault députée européenne proche de Bayrou et chef d'orchestre dans le civil pour lui demander : "J'ai entendu l'Adagio d'Albinoni, c'est superbe, de qui est-ce ?" 
Et Claire Gibault, devenue depuis membre du MoDem tandis que Morin a été nommé ministre de la défense de Nicolas Sarkozy, de répondre : "C'est comme la couleur du cheval blanc d'Henri IV."

Là, vous riez et fustigez le pauvre troufion qui n'a pas le droit d'accéder à la Culture car ce n'est qu'un béotien ignare qui pue des pieds.

Eh bien, vous vous trompez ! L'Adagio d'Albinoni (1671-1751) n'est pas d'Albinoni ! Si !

Le Lutin qui est un amateur, entre autres, de musique baroque a tout de suite vu le gag : Le fâââââmeux Adagio d'Albinoni est un faux, madame ! C'est une composition de 1945 due au musicologue Remo Gaziotto, un éminent spécialiste d'Albinoni qui a juste omis de signaler que la composition était de lui...

Madame Gibault, tout chef d'orchestre qu'elle est, s'est pris les pieds dans la baguette. Cela ne m'étonne pas, j'ai rencontré de nombreux musiciens peu cultivés en matière de musique. Ce n'est pas un paradoxe car la musique est un art tellement exigeant que la spécialisation dans un domaine instrumental ou autre exclut souvent la connaissance générale par manque de disponiblité.

Curieux comme un Lutin et féru de toutes les cultures, je n'ai moi-même pas toujours échappé à ce mal appelé pédantisme dont est atteinte Madame Gibault ainsi qu'une bonne partie de nos élites intellectuelles.

Le sport, lieu de brassage social, m'a aidé à recentrer mes idées et à respecter autrui pour ce qu'il est et non pour ce qu'il sait. Et je peux vous dire que pour un enseignant, c'est une sacrée bouffée d'oxygène !

Pendant qu'on y est, le Concerto d'Aranjuez, il est de Rodrigo (1901-1999) mais le canon de Pachelbel est bien de Pachelbel (1653-1706). (Ça y est, je ressors la confiture...)

Quant au véritable Adagio d'Albinoni, le voici, c'est le deuxième mouvement d'un concerto pour haubois de l'opus IX prenez le temps de l'écouter et laissez-vous bercer par ce rythme de barcarolle (rythme vénitien du roulis de la barque) :

3 commentaires:

  1. Après le Sieur Canapelli j'ai bien regarder la date, non, ce n'est pas daté du 1° Avril.. ;-))

    Philkikou

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Lutin,
    Alors là... "Merci" .... ;-) C'est donc comme l'Avé Maria de Caccini, qui n'est pas non plus de Caccini ... Wahhhh
    Echange de bons procédés, je vous propose un double éclat de rire envers cette dame, qui s'est pris en même temps dans le tapis semble t-il .... Car savez vous que cette fameuse question du cheval blanc d'Henri IV, posée des centaines de milliers de fois avec un air goguenard, n'a pas la réponse si évidente. Ce fameux cheval "blanc" pourrait éventuellement être "Gris" ... non pas à cause de la poussière ah ah ah. Même avec un poil blanc, pourquoi serait-il gris ? et bien seul un cheval à poil blanc et peau rose dessous est dit "Blanc"... et il arrive que sous le poil blanc, la peau ne soit pas rose, dans ce cas on a un cheval "Gris" .. donc pour savoir petit lutin, allez voir sous les poils .. du cheval ... et oui ;-) Bien à vous , joël

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, Grispoil le cheval de Gandalf est d'ailleurs tout blanc.
      Merci pour ce commentaire.

      Supprimer