dimanche 10 octobre 2010

Les Trailers se cultivent à Saint Céneri


En balade...


Ce samedi de juin 2009, le Grand Pascal et Cathy son épouse nous emmènent pour une balade culturelle à Saint Céneri le Gérei, village ornais situé à quinze kilomètres d'Alençon.


Saint Céneri était un religieux italien du VIIème siècle qui s'est établi dans ce petit coin de Normandie avant même qu'elle ne porte ce nom. Le gars était un bon coup et il avait décidé de repeupler la région qui avait été mise à mal par les Grandes Invasions. C'est pourquoi, l'on voue encore un culte à cet ermite bien membré.
La tradition veut que la femme en mal de mâle trouvera son bonheur dans l'année si elle plante une aiguille dans le bon italien. Résultat : Céneri pourrait s'appeler Saint Hérisson !


Cathy est blonde et vitrailliste, c'est à dire qu'elle crée et fabrique des vitraux. Le fait qu'elle soit blonde indique juste que ses ancêtres buvaient leur bière dans le crâne de leurs ennemis. C'est elle qui a été chargée du remplacement des vitraux de la petite chapelle du XIVème siècle.


 Et voilà le travail, la chapelle a retrouvé sa dimension spirituelle grâce à la lumineuse humilité de Cathy qui a su percevoir avec justesse la beauté et la simplicité du lieu :


Cathy nous a expliqué toute la symbolique de son travail avant de nous narrer l'ensemble des contes et légendes du lieu. Il est des endroits où l'on ressent plus intensément l'incroyable perspective de siècles écoulés. Saint Céneri est un de ces lieux.


Deuxième visite : l'église romane (XIème) située non loin, peut-être la seule église de France qui possède un nid d'abeilles protégé par Dieu en personne :



 Mais si, je ne plaisante pas ! Ces saintes abeilles ont même leur plaque sur le mur de l'église :


Le fait que l'église date du XIème siècle alors que l'événement cité sur la plaque se passe au IXème n'est aucunement une contradiction. En fait, l'église romane a été construite autour de la ruche...


Cette église, entièrement peinte à l'origine, fut maladroitement restaurée au XIXème (peinture ci-dessus) et intelligemment mise en valeur depuis la fin du vingtième, entre autres grâce à un très beau chemin de croix  (ensemble de sculptures) de Malézieux :


Bon c'est pas le tout, il est temps de se restaurer au bord de la rivière Sarthe avant la prochaine étape.


Pas trop de rouge ni de rosé à ce pique-nique car une course m'attend à quelques kilomètres de là : La Ronde des Alpes Mancelles (billet suivant).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire