dimanche 8 juillet 2012

La Ronde des Alpes Mancelles 24km 2012

 L'temps s'embernâodit et les poules s'accroupiottent
: I' va nous chouère une r'nâpée !
(proverbe bas-normand)

Image Heula

"Il pleut presque tous les jours depuis trois bons mois mais le Normand est fort et imperméable. Ce n'est pas un malheureux déluge qui va nous arrêter !"

Voici ce que semble penser le Mustang quand il vient me prendre dans sa luxueuse automobile pourvue de sièges en cuir beige pleine peau dont il vient de se faire l'acquéreur. En entrant dans ce signe extérieur de richesse, je me dis que l'on voit bien que le Philippe a fini d'élever sa tribu et qu'il ne craint plus les lâchers d'urine et de vomi.

Direction les Pays de Loire ; bon, ce n'est pas bien loin car le trail de ce samedi se court à St Léonard des Bois (Sarthe), un fort joli village situé à quinze kilomètres d'Alençon.

La Sarthe et le Narbonne
On va grimper là-haut, si !

Dès notre arrivée, nous sommes accueillis par les Kikoureurs Sarthois et nous cherchons un endroit sec pour faire une photo :

 O'Bob, Le Lutin, Robin, Mustang, Insomniac Trailer
J'suis pas petit, j'suis en retrait !

De timides rayons de soleil percent la nue (Non, ce n'est pas une expression cochonne !) et, à ce moment, nous nous pouvons éventuellement espérer courir avec la tête au sec.


Dès le début de l'épreuve, nous nous dirigeons vers le Narbonne, une des deux falaises encadrant la Sarthe. Boudiou, pour le coup, je regrette d'avoir zappé l'échauffement. Ils nous en veulent ou quoi, les organisateurs pour nous obliger ainsi à grimper ce monstre de face ?


Ben non, les organisateurs avaient prévu autre chose mais un mal-comprenant a mal aiguillé la tête de course et nous voilà à galoper sur le Narbonne, les poumons au bord des lèvres et les cuisses en feu. Je prends cependant beaucoup de plaisir à descendre ensuite dans des sentiers aussi glissants que caillouteux.

Tiens bizarre, le premier ravito se situe au quatrième kilomètre ! Je bois quand même un coup et j'ai raison car le prochain ravitaillement se situera seulement 1,5 km avant l'arrivée.


Revenant vers le village, nous filons vers le Gasseau puis vers le moulin de Trotté en se mangeant auparavant une deuxième côte de face.


Une boucle vers St Céneri aux confins des trois départements (Sarthe, Orne et Mayenne) et nous revenons vers St Léonard non sans nous taper un sévère dénivelé de 120 m pour cheminer ensuite sur un plateau.


A ce moment, il me faut ranger mon appareil photo car l’éclaircie du départ laisse place à des nuages qui nous déversent des tombereaux de pluie à faire pâlir le plus puriste des Bretons.


Il ne reste plus qu'une grosse difficulté à affronter : le Haut Fourché dont le sympathique dénivelé permet aux amateurs de faire du parapente.


Là, les organisateurs ont réussi à concocter un circuit en zigzag de trois bons kilomètres sur la crête où nous pouvons récupérer de cette satanée montée à vous faire gerber les alvéoles pulmonaires.

Le site est fort joli et j'essaie de faire quelques clichés mais ...

Image Heula

... et ça donne des photos, pas terribles.


C'est durant ce vermicelle haut fourchu que je sympathise avec un solide Sarthois nommé Michel qui me propose de terminer avec lui. Il ne reste plus qu'à descendre vers le village et, descendre, je sais faire même s'il faut voler au milieu des roches trempées entourées de boue dégoulinante.

 Y'a plus qu'à tomber dans l'bas !

En arrivant sur place, surprise ! Le deuxième ravito ! Ben oui, on n'a pas fini et on nous aiguille à nouveau vers le Narbonne. Quoi, on va se refaire ce monstre ? Meuh non, les organisateurs ont improvisé la fin : comme le Narbonne, qui devait se situer à la fin, a été fait au début, un signaleur nous déroute vers le camping en bord de Sarthe que nous longeons jusqu'à l'arrivée.

 Ben oui, c'est toujours humide !

Sur la fin, Michel me prend par la main et nous filons à 14 à l'heure vers l'arrivée non sans décoiffer Insomniac trailer qui se proposait de terminer tranquillement.

 Un solide gars du Mans élevé aux rillettes naturelles

 2h17 (pour 22,5 km en réalité) et 80ème pour 160 classés, ce n'est pas ce que j'appelle du poutrage mais j'ai couru sur un très beau site qui m'a fait oublier les imperfections de l'organisation.

Il ne reste plus qu'à attendre le retour du Mustang qui, s'il ne fait plus d'étincelles en frappant le sol de ses sabots, est grandement réjoui de terminer ce trail fort technique.

 Le Mustang sur fond de Haut Fourché

Entre deux averses, nous nous changeons au pied de la nouvelle et luxueuse Mustangmobile. Mon camarade a pensé à tout : un sac poubelle pour mes affaires sales, une serviette pour m'essuyer les jambes et même un drap de bain pour m'asseoir dans sa limousine. Il pense à tout mon Mustang, c'est pour ça que tout le monde l'aime...


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire