vendredi 17 août 2012

Les métamorphoses de la Dame-Oiselle

Un jour d'août dans le jardin du Lutin
Photos de ma Josette aidée du Lutin et de Petite Chérie


Au bout de trois semaines de gloutonnerie, voici des larves bien grasses prêtes à se métamorphoser.


Mais avant, on se trouve un coin calme et on s'installe en émettant une sorte de glu qui fixe bien l'abdomen à la feuille.


Voilà, bien plantée, la larve peut commencer sa nymphose.


Sous la pression du développement de la nymphe, la peau de la larve finit par craquer et se recroqueviller à la queue.


Pendant 5 à 8 jours, la nymphe va rester immobile, devenant plus ou moins foncée selon les individus.


Mais un jour ... la tête de la nymphe se met à gonfler et à bouger. La peau du dos craque soudain et, en quelques minutes, apparaît la Dame-Oiselle.


Rampant sur ses nouvelles pattes, elle s'extrait rapidement de son enveloppe.


Laissant là ses anciens habits ...


... la Dame-Oiselle part se faire une beauté.


Au bout de quelques minutes, alors que l'insecte sèche au soleil, apparaissent les points sur les élytres.


Une demie-heure après, les points prennent une couleur plus foncée et l'animal un aspect familier.


Les points ont terminé leur mutation chromatique, au tour de la robe de l'insecte.


En quatre à cinq heures, elle vire à l'orange ...


 ... puis au rouge. La coccinelle a enfin achevé sa métamorphose. Les anglais, plus poètes que nous, la nomment "Ladybird", ce qui peut se traduire par "Dame-Oiselle".


Séquence émotion : Voici la naissance en direct d'une Dame-Oiselle filmée ce vendredi par ma Josette.

 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire