mercredi 23 janvier 2013

OFF Saint Léonard des Bois

20 janvier 2013


Ce dimanche matin, les Trailers d'Ecouves ont pour une fois rendez-vous en centre-ville d'Alençon pour un périple de 24 km organisé par nos merlans bien-aimés : Allain et Hervé.


Allain connaît la région comme sa poche et c'est par d'inattendues sentes et de surprenants diverticules qu'il nous fait quitter la ville.


J'accompagne un moment Christine et ma petite cousine Gaëlle dans la montée sur la plateau d'Hesloup en passant par le trajet de l'ancien tramway datant du début du XXème siècle.


Après avoir longé la crête d'Hesloup, le groupe plonge vers la Sarthe que nous allons longer jusqu'au bout.


Et quand je dis plonger ... Moi et la cousine Germaine (en bleu devant) suivis de la petite sœur Cathy faisons une première démonstration de descente lutinesque, laissant tout le groupe dans notre dos ; d'aucuns se tapotant la tempe avec l'index en nous voyant passer.


S'en suit une longue progression le long le la Sarthe allant de Moulin à St Céneri sur des terrains ... exotiques et nonobstant techniques.


St Céneri-St Léonard par les chemins, j'accompagne à nouveau la jeune Gaëlle rejointe par Cathy qui modère un peu son allure. Il faut dire qu'elle a déjà couru 18 bornes dans la neige hier. Avec le plat de résistance d'aujourd'hui, ça lui fera un marathon tout-terrain dans le weekend. Quelle santé !


Bon, ça commence à chauffer ! Et v'là que JMF, le sanglier qui a des lettres, se met à nous entraîner sur une dernière côte non prévue au programme en arrivant à St Léonard ! 


Il faut dire que la région n'est pas bien plate, la Sarthe creusant une profonde vallée dans le grès armoricain. Là, les organismes commencent à fumer, ce qui n'empêche pas la cousine de partir comme une folle dans les cailloux de la descente avec le Yannick. Troll qui s'en dédit ... le Lutin les suit et nous arrivons à St Léonard en faisant des pointes de 19 km/h dans la boue et la caillasse. Des fous, j'vous dis !


En arrivant, nous apercevons le Haut Fourché, un des bords du synclinal. Chacun est bien content d'éviter ce monstre pentu en passant par la Sarthe. Il est temps de se restaurer ... Et nos organisateurs nous ont réservé de la place pour manger et boire dans l'endroit qu'il faut.


Bon, je ne me souviens pas bien de la suite mais je crois qu'il y avait beaucoup de bruit et de la cervoise comme à la fin des albums d'Astérix.

Vivent les Ch'tis et leurs bières !




1 commentaire:

  1. Il y avait pas une histoire de vagin labyrinthe avec des canards...?

    RépondreSupprimer