lundi 22 avril 2013

Le Bleu des Âmes


Trois heures et six secondes dans la campagne entre Sarthe et Ecouves,  j'entraîne, j'anime, je fais du bruit durant trente kilomètres ; et pourtant, je rêve éveillé, fasciné par la splendeur toujours changeante de la nature et l'émouvante beauté des âmes humaines.


Encore un matin, encore un chemin.
Pénétrant un printemps bleu acier,
Ils glissent dans l'air vif,
Leurs sourires pareils à des larmes.


Trop de temps passé, trop de promesses,
Ils ne croient plus, ils respirent seulement.
Amour et haine mêlés quittent leur existence
Par les sources des paupières, par les pleurs du printemps.



De froides douleurs en noirs ressentiments,
Ils sont ici, là et maintenant.
Ils vont, indifférents à la peur,
Pour une seconde d'éternité.


Héros discrets volés au quotidien,
Ils courent comme si leur vie en dépendait.
Jamais les mêmes, toujours sincères
En leurs corps et en leurs âmes, ils vivent encore.


Calmes dans l'effort, ivres de soleil
Par-delà l'impassible azur
En cet instant fugace d'une courte éternité, 
Ils aiment ...


Moments légers de plénitude
Brisant nos sombres certitudes
Printemps d'automne, folie du sage
Autres passions, nouveaux passages.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire