lundi 15 juillet 2013

Eki'Gesnes 2013

Mustang, Carine, Stéphanie, le Lutin

Non cher lecteur, tu fais erreur, le Mustang et le Lutin n'ont pas décidé d'emmener leurs petites filles se promener à la campagne en ce 14 juillet ensoleillé. Ces deux superbes jeunes femmes sont nos partenaires de l'équipe mixte "Les Fous du stade" participant au marathon en relais "Eki'Gesnes" à Gesnes le Gandelin, un village sarthois et nonobstant charmant situé à une dizaine de kilomètres d'Alençon. J'avais déjà couru cette épreuve l'année dernière avec "Les Givrés Chambertin" et j'avais été plus que conquis par la quasi perfection d'une organisation aussi rigoureuse que chaleureuse.

Le nom d'équipe "Les Fous du Stade" a été choisi par le président de notre club A3Alençon en référence au film éponyme des Charlots. Une autre équipe, de winners cette fois-ci, porte le nom officiel du club.

 Photo NCAP  (C'est moi qui l'ai priiiise !)

D'ailleurs, ce sont les "Jaune et Noir" qui ont gagné la course en 2h46', nananère, c'est nous les plus forts !

******

Revenons à nos Charlots. Connaissant le goût modéré pour la vitesse du Mustang, nous avons décidé qu'il fera le premier tour et profitera ainsi de l'effet de groupe. Hénaurme privilège, mon fidèle équidé me confie la tâche de photographier le premier relais pour le compte du brave et honnête site normandiecourseapied.com. Je suis flatté que Philippe me fasse cet honneur et c'est avec fierté que je tiens en main son énorme zoom avec lequel je vais prendre du plaisir à shooter garçons et filles en plein effort.

 Il en est déjà tout rouge au bout !

Il fait déjà au moins 25° à neuf heures du matin quand le Mustang s'élance en hennissant. Il découvre le terrain  et ne va pas être déçu : 30% route et 70% chemin caillouteux avec ornières et coups de cul, le circuit de 10,700km est particulièrement couillu, ce qui explique les meilleurs temps tournant autour de 39 min pour les cadors qui avalent habituellement un dix bornes et 32-33 min.


Surprise ! L'animal s'est sorti les tripes et ne s'est pas arrêté pour brouter l'herbe du chemin. Il termine la crinière au vent en 56 min et plutôt en bon état.

Carine démarre sous une chaleur de plus en plus accablante et, pendant que je rends au Mustang son zoom encore fumant, elle découvre l'enfer de la campagne en fusion. 


59'28", Carine (14/46 Femmes) reste sous l'heure et passe à sa copine.


On approche des 30 degrés et cependant Stéphanie nous boucle la promenade dans le four en 1h00'49" (19/46 Femmes). Les camarades de l'ASPTT d'Argentan survolent le classement mixte grâce, entre autres, à la ravissante Lydie qui finit son tour en 52' (1ère Femme). Nous sommes à ce moment à la quatrième place.

Trop forts les postiers !

Eh ben, pour le podium, il va falloir se battre et ça tombe bien car j'ai la dalle en ce jour de fête nationale !

Là, je crois que je vais me vanter un peu beaucoup ... J'ai 36 secondes de retard sur le numéro 3 mixte et je pars à 16 à l'heure dans un vrombissement supersonique. Je rétrograde cependant à un bon 14 car, sous l'action conjuguée du soleil et de mon rythme infernal, le bitume se met à onduler sous mes pieds.

En 1500 m, dès les premiers chemins, j'ai avalé deux équipes dont les concurrents se jettent dans les fossés en pleurant de peur. Pas le temps de me ravitailler aux divers points judicieusement choisis par l'organisation, je saisis les gobelets à la volée et je m'asperge aussitôt, créant concomitamment un nuage de vapeur qui me donne un aspect encore plus effrayant. 

Le terrain se fait de plus en plus accidenté mais je n'en ai cure, je ne touche plus le sol. Le souffle de mon passage fait pencher les arbres et provoque une brise bienvenue qui me rafraîchit : je crée ma propre climatisation. 

J'aperçois bientôt d'autres équipes qui sont à ma portée. Nous sommes dans la partie dure du circuit faite de chemins creux en forme de toboggan. Mon rythme s'en ressent mais je vois que les autres marchent. Les autres, non pas tous, car ma copine Simone est à la poursuite de la deuxième équipe féminine et s'accroche à la côte comme un député à sa circonscription. J'adoucis mon infernale allure pour la passer en l'encourageant gentiment mais elle ne m'entend pas, se concentrant sur son adversaire favorite avec l'acharnement d'un blaireau en furie. Bien lui en fasse, son équipe féminine à la moyenne d'âge de 60,5 ans (!!!) va exploser les cinq autres équipes de jeunettes qui repartiront pleurer dans les jupes de leurs mamans. 

Passant la future victime de Simone, je fais les comptes : quatre places gagnées. Ce n'est pas assez. Je bouffe encore deux coureurs avant d'aborder le retour. Long ruban de bitume, la chaleur est telle que mes poursuivants, trop lents, s'enlisent irrémédiablement dans des rivières de goudron.

Il reste 2400m de chemin débutant par un faux-plat montant. Je me retourne une dernière fois, personne en vue. Personne devant non plus, ce qui ne m'empêche pas de terminer les derniers hectomètres en descente entre 14 et 16km/h. Je ne peux m'empêcher de frimer une dernière fois quand j'aperçois mes coéquipiers en leur annonçant le nombre d'équipes dépassées.

Le vaillant petit lutin
Photo NCAP

Bon d'accord, j'ai un peu exagéré et légèrement grossi le trait mais je termine quand même en 49'31" et surtout, mon équipe finit 3ème mixte (sur 6, c'est colossal !!!).


Une agréable matinée avec deux belles filles, un bon copain, cinquante équipes de gens sympas et une organisation au top comme toujours. En plus, il y a la fanfare, des casse-croûtes, des frites et de la bière. C'est vraiment le 14 juillet !


Allons z'enfants ...


1 commentaire:

  1. superbe recit avec pleins d humour comme tjs bravo a votre equipe et oui une superbe course et super bien organisé

    RépondreSupprimer