samedi 30 janvier 2016

Marche nordique

Comme je ne pratique la course à pied que quatre ou cinq fois par semaine, il me restait  un créneau pour faire un autre sport. Et pourquoi pas le Nordic Walking que j'me suis dit...

 Ça a son charme...

Le terme fait moderne et branché mais je me suis vite aperçu qu'il fallait mieux utiliser le terme "marche nordique" pour ne pas passer pour un gros lourd... 

C'est ma chère épouse qui m'a proposé de m'initier à ce sport qui ne semblait pas poser de difficultés à priori au marathonien doublé de traileur que je suis. Moi qui n'ai effectivement pas de problème d'endurance, j'ai cependant découvert qu'il ne suffisait pas d'avoir de la caisse pour être un cador dans cette discipline, encore fallait-il avoir de la technique et tout d'abord maîtriser le planter de bâton Mr Duss !

Le planter de bâton, c'est tout un art et, alors que je pratique depuis six mois, je ne le maîtrise toujours pas à cent pour cent. On m'a expliqué qu'il y a deux techniques : faire de la marche nordique ou bien promener ses bâtons. Dans ce dernier cas, les bâtons ne servent à rien car ils sont trop longs pour se curer le nez... J'ai donc pris la première option :


Eh bien, après ma première séance, j'avais mal aux épaules et j'étais en nage sans parler de mes oreilles encore toutes vibrantes des judicieux conseils de ma monitrice Annick à laquelle mon épouse m'avait confié. Cela dit, au bout de quelques semaines, j'ai pu raisonnablement avancer avec les deux beaux bâtons en carbone offerts par ma Josette et même frimer un peu comme tout bon débutant dans un sport...
Ayant intégré une section FSGT de marche nordique, je pratique de manière hebdomadaire ce sport dont je n'ai pas tardé à voir les avantages :

  • A 60 ans, je fais partie des jeunes, ce qui est loin d'être le cas en course à pied.
  • Chaque séance est complète avec échauffements, marche, exercices et surtout étirements que je  zappe trop souvent en running.
  • Ce sport améliore ma posture et ma capacité à marcher vite, ce qui me sert en course sur route et surtout en trail.
  • A terme, il pourra remplacer la course quand j'aurai passé les 80 ans (Faut rien lâcher !)... ou avant.
  • La marche nordique fait travailler quasiment tout le corps (à l'exception de celui qui est caverneux) comme l'indique ce schéma :

Et puis, se promener dans la campagne ornaise ou la forêt d'Ecouves chaque semaine, ça a son charme :

Marche simple ou rapide


Exercices techniques


Etirements


Il ne reste maintenant plus qu'à faire sortir la marche nordique de son image de sport pour retraités (zut, avec moi, c'est pas gagné) pour que le public découvre une activité saine, déstressante et sans risque traumatique ; ainsi, peut-être verra-ton un jour une nouvelle génération de marcheurs arpenter notre si beau pays.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire