lundi 22 février 2016

Courir 6

Le groupe


J'eus été chauve, je ne sais pas si j'aurais persisté dans la course à pied... Je courais péniblement depuis un an ou deux quand je changeai de coiffeur ; le précédent ressemblant plus à un capilliculteur en tenue de cosmonaute qu'à un merlan de quartier, mon compte en banque s'en ressentait et je voulus retrouver un peu d’authenticité dans le ripage des douilles tout en épargnant mon larfeuille.

Chez le coiffeur, on cause et comme on ne peut pas trop tourner la tête, on s'intéresse à ce qui est devant soi, en l'occurrence des coupes, des médailles et autres certificats sur lesquels étaient écrits des mots hallucinants tels que marathon ou cent kilomètres (euh, à pied ???).

J'eus l’imprudence de dire : "Je cours un peu." et me vis répondre : "Venez donc courir avec nous dimanche à 10h00". J'avais mis le doigt de pied dans l'engrenage.

Allain, c'était le nom du coiffeur, me présenta à un petit groupe de personnes et me confia au plus lent d'entre eux, le gentil Jean-Louis. En quelques années, je fis avec eux d'énormes progrès, le tout dans la décontraction la plus totale. Le groupe s'étoffa car, à l'instar des autres, j'y amenai mon épouse et diverses autres connaissances.

La mode du trail surgissant, nous déménageâmes notre entraînement dominical en forêt d'Ecouves, ce qui attira encore plus de monde. A cette époque, on nous appelait "Les Cinglés" eu égard aux courses de plus en plus difficiles que nous effectuions puis, à l'occasion de l'ouverture de mon premier blog en 2007, je trouvai un terme plus adéquat : "Les Traileurs d'Écouves".

Au bout d'un moment, nous étions devenus un réseau dont le noyau dur était presque une famille qui voyait ses rangs se resserrer dès que l'un ou l'une avait un problème ou nous présentait un proche en difficulté qui était aussitôt intégré. J'ai vu des personnes reprendre pied, s'épanouir et même trouver l'amour dans ce groupe.

Une vingtaine d'années ont passé et des dizaines de personnes ont intégré ce groupe puis l'ont quitté ou y sont restées. J'ai vu la nouvelle génération l'investir et s'investir. En permanence, nous sommes toujours une grosse trentaine à arpenter Ecouves et à organiser diverses sorties dans toute la France y compris Outre-Mer.

Toute médaille, si brillante soit-elle, a un revers : dans un groupe de course à pied, tu dois courir pour exister. Je ne vois que rarement le gentil Jean-Louis qui m'avait si bien accueilli, depuis le jour où son système circulatoire l'a trahi. Allain et les premiers membres du groupe atteignent ou dépassent la soixantaine et parmi les jeunes trentenaires ou quadragénaires qui galopent effrontément devant nous, certains ignorent tout du groupe du coiffeur ou des Cinglés. C'est pourquoi à longueur de blog je narre, à longueur d'entraînement, je relate... jusqu'à ce que mes souvenirs s'évanouissent dans la brume hivernale de notre mère Écouves.


1  2  3  4  5



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire