mardi 1 mars 2016

Amour fusionnel

Baudroie des Abysses


Les baudroies des abysses sont une famille de poissons vivant entre 1000 et 3000 mètres de profondeur, là où il fait plus noir que dans la cervelle d'un adepte des théories du complot. Comme tous les animaux des milieux extrêmes, ces baudroies présentent des caractéristiques pour le moins originales comme cet appendice lumineux situé sur l'avant de la tête de Melanocetus johnsoni, lui permettant d'attirer des proies victimes de leur curiosité.

 Euh, il n'y a pas de poissons rouges dans les abysses pour être honnête...

Bon, il ne faut pas être trop effrayé par l'aspect du poisson car les plus gros spécimens ne dépassent pas 15 à 20 cm et ils ressemblent à ça : 


Certaine baudroies sont pourvues de beaucoup plus d'appendices comme chez les Caulophrynidae, ces appendices leur permettant de détecter tout ce qui passe à proximité.

© 2005 P. J. Herring

Mais ce qui reste le plus extraordinaire, c'est la façon dont ces petits monstres marins se reproduisent. Il existe dans cette famille de poissons abyssaux un dimorphisme sexuel très important. Alors que Madame fait environ la taille d'un ballon de football, Monsieur mesure environ 1,5 cm de long, cela ne l'empêche pas cependant de trouver les femelles fort séduisantes et d'en tomber éperdument amoureux.


Et quand je dis amoureux, c'est de l'amour fou car le mâle, dès qu'il a trouvé l'élue de son cœur, mord sa compagne et ne la lâche plus.

 © 2005 Theodore W. Pietsch

Au bout d'un moment, Monsieur fusionne littéralement avec Madame, perdant toute autonomie en se connectant sur son système circulatoire. Le processus de fusion va se poursuivre et le mâle perdra progressivement ses organes pour n'être plus qu'un bouton parasite dont le but ne sera plus que la fourniture de spermatozoïdes que la femelle utilisera pour sa reproduction. Comme elle n'est guère fidèle, celle-ci arborera au cours de sa vie plusieurs excroissances sur son corps comme autant de trophées sexuels.

© Disney
(sans rancune ?)


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire