mardi 5 juillet 2016

10 km de Falaise 2016

 © Heula


Vendredi 19h00. Tiens, il faisait 19 degrés à Alençon et voilà qu'à Argentan la température descend à 13 sous les trombes d'eau. On va être beaux sous la pluie du Calvados !

Parfois, je me demande ce qui, à 60 berges, me pousse à me faire mal ainsi ; me voici dans ma Ford, le Mustang à mes côtés et Sandrine à l'arrière nous acheminant vers une compétition où je sais que je vais me tirer sur la caisse plus que de raison. La motivation est dérisoire, après avoir décroché la qualif marathon à la Rochelle et celle du semi à Bayeux, je m’attelle à réussir celle du 10 km à Falaise. C'est certainement pour faire reluire mon Ego de mâle que je me suis lancé dans ce triple défi l'année de mes soixante ans.

Le Mustang est présentement après son smartphone, plus geek que moi le canasson ! Il suit en direct les France Cadets à Châteauroux où nous avons deux jeunes du club engagés.

Sandrine, comme à l'accoutumée, est discrète ; je lui ai proposé de me suivre sur l'épreuve, si tout se passe bien, elle battra son record en passant sous les 45min. Elle a l'âge d'être ma fille et je me demande ce qui peut bien la motiver de courir avec un vieux kroumir...

Il pleut, des seaux et des marmites, des chats et des chiens,  des cordes et des câbles. 

"Il va faire beau à Falaise, quand ça r'nâpe dru comme ça, ça peut point durer !"


******

J'ai raison, quoi ! Trois semaines avant, on s'était pris des seaux amont la bagnole quand on était allé courir à Pré en Pail pour le relais en duo avec le Canasson et la flotte s'était arrêtée juste le temps de la course.

 Photo JMF

Et on n'avait pas été ridicules : 16ème duo sur 34 ; j'avais pu retrouver quelques sensations au niveau vitesse et l'Animal avait poutré, parcourant ses 2x5km à 12 à l'heure sur un terrain composé surtout de chemins et de champ à vache. Et puis, y'avait eu les trois bières et les frites. Ça aussi c'est bien.

******

Depuis le temps qu'on court ensemble... Tiens aujourd'hui, il va prendre des photos pour NCAP pendant que je courrai avec  Sandrine. Des Sandrine, j'en ai eu des brouettées entre 1980 et 1990. Il y en avait déjà dans ma première classe de CE2-CM1, et des Christelle, et des Stéphanie et des Nathalie...

J'espère que je ne vais pas faillir ou courir mou comme à Montsort, tiens !

******


12,9 à l'heure sur 8km ! Plus lent que pour mon dernier semi-marathon ! Les Foulées de Montsort ne sont pas faciles mais quand même ! J'avais cependant réussi à poutrer Lucien et à monter sur le podium derrière Marc mais boudiou, moins de 13 à l'heure ! Bon, y'avait eu les rillettes et deux bières...

******

Oui, ben va falloir que je me calme car hier j'ai encore trop picolé à la petite sauterie de fin d'année organisée par le club à la fin de l'entraînement, résultat : la déripette depuis ce matin... enfin, ça s'est estompé depuis deux ou trois heures et j'ai pas oublié mon Smecta. Comme on dit chez nous : "Smecta cul-sec, caleçon impec !" Tout de même, manquerait plus que je foire dans la bagnole ! Pour le Mustang, ça me gênerait pas mais devant Sandrine, j'aurais honte. Bon, elle est infirmière et elle a l'habitude des vieux qui se lâchent mais tout de même...

Il fait toujours gris mais ça a l'air de se calmer comme à Pré en Pail, je dois avoir le cul bordé de nouilles ! On se gare et le Mustang se sauve aussitôt avec son gros zoom. La vache, il fait pas chaud ! 

Tiens, ils n'ont plus que du S en T-shirts mais ça me va quand même. Sandrine complète par là-même sa collection de chemises de nuit... Elle est pas bien boyue mais il ne faut pas s'y fier, elle m'a déjà piétiné sur un trail de trente bornes. Mais je ne lui en veux pas. Faut juste pas qu'elle recommence...

Un tour d'échauffement. Ben c'est pas joyeux leur circuit de 3,300km : que de la zone industrielle. Mais c'est quasi plat. On va se secouer les jambonneaux, pas faire du tourisme. Damned, ils ont des pissotières classées monuments historiques à Falaise ? L'odeur est d'époque ou quoi ? Ah, c'est bientôt le départ, insérons-nous telles des sardines dans la boîte. On se dit bonjour entre coureurs de l'A3 Alençon, on est treize de tous âges ; il semble y avoir du beau linge, ça ne sent pas le podium comme aux Foulées de Montsort et je n'ai pas encore vu les frites.

Wouffff ! Plus de quinze à l'heure ! Ça ne rigole pas, c'est des balèzes à Falaise.

"On se calme Sandrine, ne suit pas le mouvement, on a le temps."

Photo du Mustang

Un bon 14, c'est encore rapide... Un maillot jaune devant, c'est Marc, V3 comme moi, il est meilleur que moi et m'as mis deux minutes à Montsort.

"Tu vois Marc devant, si on le suit, on fera un bon temps."

Tiens, on se rapproche de Marc. "Salut Marc."

C'est bien lui, ça. Il me serre la main et part comme s'il avait un lutin aux trousses.

"Tu vois Sandrine, Marc est un vrai compétiteur, dès que tu arrives à sa hauteur, il accélère..."

Marc m'a entendu, il sourit de dos. Sacré Marc.

On croise les premières féminines... c'est la cour des grandes, la première va mettre 35 min. Si les V3 sont du même tonneau, je vais apercevoir le podium de très loin, on n'est pas dans une coursette de quartier !

Quatorze minutes au premier tour, ça poutre un peu trop... au cinquième kilo, on est sur des bases d'à peine 43 min. Je n'y crois pas trop. Tiens enfin Valérie, elle est encore partie en brûlant le bitume et elle commence à le payer.

Photo du Mustang

Allez, c'est le moment, on double Valérie non sans l'encourager. Laurent, un gars de Flers-Condé l'accompagne, ça va lui servir à Valérie... Elle va finir 1ère V2, pas mal du tout, vu le niveau général.

Une minute de plus pour le deuxième tour. Va falloir être réguliers maintenant.

Photo du Mustang

Allez, on pousse un peu pour ne pas perdre plus. "Sandrine, colle derrière moi, ne te laisse pas distancer." Je n'ose pas pousser outre et accélérer la cadence... et puis pour gagner 30 secondes ? Sandrine a les traits tirés et je ne sais pas jusqu'où elle sait gérer la douleur.

"T'as vu Sandrine, on double constamment et aucune fille ne t'a passée depuis le départ." 
Ça c'est toujours bon à entendre...

Chouette, on va se faire un dernier tour en 15' à peine... je vais gueuler un peu à la fin... 

"AAAAHOU ! Groupmf! ALLEZ SANDRINE, ALLEZ !!! ALLEZ !" Passe devant !


44'14" et 44'15". Vu la façon dont elle a fini, Sandrine avait encore de la réserve. J'aurais peut-être dû gueuler plus fort et plus tôt.

"Bravo Princesse, tu peux être fière de toi, belle gestion d'effort !" Je la tiens par les épaules.
Zut, je l'ai appelée Princesse, je me conduis comme un vieux con paternaliste.
"Couvre-toi, dépêche-toi, t'as bien ton polaire ?"
Et je continue ! Depuis que je suis Papy, je ne m'arrange pas !
Ah, les résultats sont déjà affichés.
"Ah, dommage, tu es au pied du podium, quatrième Senior Femme. Mais pas de regrets à avoir, la troisième est sur 38 minutes !"

Ah ouais et moi je suis 8ème V3. CHLONK ! Ça remet les choses en place, j'avais bien vu que ça envoyait du gros sur cette épreuve qualificative. Bon, j'ai ma qualif, ça suffira.

Ah ma bière, une Grim ! "Rassure-toi Sandrine, je n'en prends qu'une, je conduis."

Tiens, le Mustang ! Quoi, y'a plus de frites ? Bon ben on va assister au podium de Valérie et on rentre. La nuit tombe avec douceur. Le ciel est couvert mais il ne pleut plus. Finalement, c'était une belle soirée.

© Heula



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire