lundi 18 octobre 2010

Cross FSGT de Cerisy Belle Etoile 2010

Gorilles dans la Brume



Enfin la reprise ! Normalement, j'aurais dû redémarrer ma saison le 9 janvier chez moi pour le Cross FSGT d'Alençon mais les agressions de phoques et d'ours blancs du début du mois avaient tiédi l'enthousiasme des coureurs et le cross a été reporté fin février.

Exit la neige et bonjour la flotte ! C'est donc sous l'ondée que l'on démarre moi et le Mustang en direction de Cerisy Belle Etoile, un bourg situé dans le grand nord du département de l'Orne. 
Ce grand flemmard d'équidé a décidé d'éviter des déboires déprimants en essayant de suivre en cross le lutin mieux adapté que lui aux courtes distances hivernales. Le cheval va donc prendre des photos (fort réussies) pour NCAP pendant que le nain va galoper.

Nous montons sur le Mont Cerisy, cette colline qui surplombe le pays de Flers. Raide la côte ! Je découvre un site superbement mis en valeur, planté d'arbres et d'innombrables rhododendrons.
A mon arrivée, je fais quelques photos du lieu et j'assiste au départ des gamins :

  
Je vais ensuite m'échauffer et découvrir le site en compagnie de Ricounet, mon responsable de club. Là, je me pose quelques questions sur mon équipement. Le parcours est très caillouteux et il ne retient pas l'eau. Je me demande si j'ai bien fait de venir avec mes crocs. Mes pointes risquent d'être superfétatoires et même gênantes. Je ne suis pas servi, j'aime la boue et le terrain glissant en bon goret que je suis... on verra bien !
 

Pendant ce temps-là, les filles font leur cross qui est gagné sous la pluie par Ricounette, la femme de mon compagnon.


Bizarre, la pluie s'arrête et il fait plus chaud subitement... non, je n'ai pas les bouffées de chaleur de la cinquantaine, c'est bien un peu d'air plus chaud qui s'installe accompagné d'un brouillard qui tombe sur le mont.

Peu de temps après le départ des V3 et V2court, c'est au tour du cross long  (J S V1 V2) de s'élancer dans la brume. A maintenant 54 ans, je commence à être un peu plus sage et je démarre en queue de peloton. D'ailleurs, j'adore les mots queue et peloton... enfin, passons !
Jugez vous-mêmes : le type en bleu au fond avec le numéro 29, c'est moi. J'ai juste dix mecs derrière moi. Je vais ensuite en remonter 35. Pas brillant sur le plan du classement mais jouissif !

 
Mon Ricounet est parti comme une flèche dès le début et je n'essaie pas de le suivre car je n'en ai pas les moyens. Il finira d'ailleurs presque deux minutes avant moi.

 
Comme je n'ai pas de Mustang ou d'autres camarades à tarabuster, je décide de courir pour le plaisir avec juste la satisfaction de doubler une dizaine de concurrents par tour.
On commence le circuit par un petit vermicelle en robe des champs puis l'on plonge subito dans les bois en passant par une zone bien caillouteuse. Les pointes crissent sévèrement mais ça passe... enfin, pas pour tout le monde car déjà je vois un jeune assis, la cheville en vrac.
Grosse descente technique au milieu des arbres et brutale remontée. Je bénis ma vigilance et mon expérience de trailer.
On quitte les cailloux pour tourner dans un nouveau champ très en pente et c'est le coeur au bord des lèvres que je remonte vers le départ pour entamer la deuxième boucle.

 
Deuxième tour, je ne faiblis pas, c'est signe que je n'ai pas pris un départ trop rapide. Par contre, il y en a qui ont des problèmes... Le terrain très technique flingue encore quelques chevilles et je passe encore quatre concurrents boitillants.
Au troisième tour, toujours pas de fatigue... serais-je parti trop lentement ? Effectivement, mon classement en V2 (16/33) m'indiquera que j'aurais pu mieux faire (au premier cross, j'étais 16/43). Cela dit, je me fais plaisir et je ne souffre pas...

 C'est vrai, j'ai moins l'air d'un cadavre que d'habitude.

En fin de parcours, je trouve enfin un gars qui ne se laisse pas passer aisément et qui me résiste un moment. Cela me permet de finir à fond en décapitant quelques taupes qui s'étaient risquées à venir voir ce qui faisait ce bruit sourd au-dessus de chez elles. Courir parmi les taupinières, voilà un autre plaisir du cross.

A l'arrivée (42'46 pour environ 9km200), on me propose un vin chaud. Soyons fous, j'en bois deux accompagnés de trois parts de gâteau.
La brume se dissipe et la pluie revient. Je reprends la route avec mon ami Mustang. Encore une belle journée...



Merci à NCAP pour les photos (en dehors de la première) et surtout au Mustang qui a su capter l'ambiance de ce si bel après-midi aux ailes de coton.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire