mercredi 13 octobre 2010

Rouge comme l'Automne


 31-10-2009

Amarante, bordeaux, carmin, cerise, cinabre, corail, cramoisi, écarlate, garance, groseille, incarnat, ponceau, pourpre, purpurin, rubescent,rubicond, sang, vermeil, vermillon...



Ce samedi, je pars à neuf heures pour mon gros entraînement de la semaine en préparation du marathon de la Rochelle : 37 km dans la campagne autour d'Alençon exclusivement sur route.

GPS, IPOD, camelbak, tout y est... et, bien sûr mon appareil photo Canon rose.

Pas question de m'user un mois avant le marathon, j'adopte une allure de 10km/h, ce qui me permet de musarder le nez en l'air.

Ce 31 octobre est un jour particulier. Après trois mois de sécheresse et de ciel céruléen, l'automne arrive enfin. Le ciel est blanc, la brume s'installe, la nature retient son souffle... le rouge est mis.

  
Les murs saignent, que dis-je, ils ruissellent d'une impérieuse lave végétale.


Les haies ne sont pas en reste et éclatent soudain en une polyphonie de chants révolutionnaires.


Parfois, la nature s'accorde quelques nuances dans le rouge...
 

On tire parfois même vers le rose ou l'orange de manière à apporter un peu de douceur à cette sauvage symphonie.


Mais les arbres eux, dressent fièrement l'étendard sanglant de leurs branches qui s'empourprent à l'idée de se voir nues.


Il faudra bien s'y résoudre... le rouge précède souvent la nudité et c'est ce qui fait sa beauté...


Je traverse ainsi la Plaine d'Alençon pendant plus de trois heures, pénétrant alternativement dans des poches d'air frais et d'ultimes bulles d'air tiède, dernières survivantes d'un été qui ne voulait pas finir.
La Nature va feindre de s'endormir mais avant, elle nous gratifie des fruits bienfaisants de son amour avec la terre.


Je rentre apaisé et amoureux. L'éphémère rouge de cet automne tardif coule désormais dans mes veines.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire