mardi 1 mars 2011

La chèvre d'Aïcha

Note : malgré ma tendance bien connue à la mauvaise foi, j'ai tenu à consulter des sources essentiellement musulmanes avant d'écrire ce billet.


Oups, on a oublié la lapidation !



La lapidation était une technique bien connue dans le bassin méditerranéen pour exécuter divers délinquants. Les Grecs la pratiquaient allègrement ainsi que les Juifs, vu que cette gentille habitude était inscrite dans l'Ancien Testament et le Talmud. 
Le premier martyr chrétien, Saint Etienne eut d'ailleurs l'honneur de finir lapidé.

Non, c'est pas des ballons de foot !
(Cathédrale d'Autun : lapidation de Saint Etienne)

Ce type d'exécution avait l'avantage de dédouaner les autorités qui condamnaient à mort en transférant au public présent la responsabilité de l'exécution. Pas cons les juges...

Enfin, quand on condamne à la lapidation pour blasphème, il faut parfois être prudent...

La vie de Brian (Monty Python)

Bon, je crois que cette pratique est un peu tombée en désuétude dans un tas de pays ; cependant, un débat continue d'agiter la communauté musulmane qui se demande si la lapidation est bien une pratique légale.

La notion de légalité est très importante dans l'Islam car le Coran est censé être la Loi et rien d'autre ; or la lapidation n'y est pas évoquée. Alors comment peut-on encore exécuter des femmes adultères à l'aide de cailloux ?

En effet, le Coran révélé au Prophète Mohammed (Mahomet selon une terminologie d'origine turque) est parole de Dieu dans sa matérialité, donc intangible et invariable, il est ainsi considéré comme "incréé". On ne peut donc pas le modifier en rajoutant des versets sur tel ou tel thème.

Pourtant, des petits malins ont trouvé la faille : le Prophète, selon eux, n'était pas un homme ordonné et il avait bien noté  un verset concernant la lapidation sur un morceau de quelque chose (en tout cas pas sur du papier qui n'était utilisé qu'en Chine à l'époque) mais le texte de ce verset ne lui convenant pas, il l'avait laissé traîner sous son lit.

Malheureusement pour lui et sa famille, le Prophète décède en 632 et ses proches sont fort occupés par ses obsèques. Citons Ibn Majah né deux siècles plus tard en Iran qui cite Aïcha, la troisième femme de Mohammed, fille d'Abou Bakr le successeur du Prophète :

"Le verset de la lapidation et de l'allaitement des adultes était sous mon lit : quand donc l'Apôtre de Dieu est mort et que nous étions occupés par cette mort, une chèvre est entrée et l'a mangé".
 
Abou Bakr, le premier calife n'osa pas rajouter quoi que ce soit au Coran révélé à son gendre  Mohammed mais quand il mourut deux ans plus tard, son premier ministre Omar qui lui succéda trouva utile de compléter le Coran sans vraiment y toucher en rajoutant des hadiths (paroles du Prophète) à la tradition musulmane dont celui sur la lapidation fort malheureusement perdu par la faute d'une chèvre.


Ma tendance naturelle à la mauvaise foi pourrait me faire arrêter là mais un reste d'honnêteté m'oblige à rajouter que la plupart des musulmans rejettent cette tradition de la lapidation comme nous rejetons nous-même la joyeuse pratique du barbecue d'hérétique. Les traditions se perdent ma pauvre dame...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire