jeudi 2 juin 2011

Sauvetage

SOS Lutin


J'ai une épouse qui aime les bêtes et chez moi, on ne doit pas faire de mal aux zanimaux parce que c'est pas bien !

Oui, mais comme ma Josette elle est quand même une fille, c'est moi qui suis chargé de prendre les araignées dans ma main pour les évacuer de la maison sans leur faire de mal, dénicher des mulots dans mes livres pour les mettre en cage, histoire que les enfants de l'école les observent ou faire le guignol à quatre mètres du sol pour remettre des martinets dans leur nid... 

Bon, à force de caresser des serpents et d'embrasser des crapauds, on s'habitue... 

******

Hier, j'ai invité ma femme et mon fils au Flunch au resto pour fêter une promotion royale attribuée par l'Education Nationale (mes respects M. le Ministre).

Alors que nous rentrons chez nous au soleil couchant, voilà-t-il pas que nous observons un bestiau qui trottine devant nous.

" Oh, regarde la pauvre bête, elle va se faire écraser ! me dit ma chère épouse."

Tudieu ! Elle va m'envoyer à la rescousse d'un rat d'égout que je me dis !

Ben non, finalement après un examen rapproché (je remplace mes Ray Ban qui me vont si bien par mes lunettes de vue), il s'agit d'un hérisson :


Le pauvre animal galope littéralement à notre approche mais son cœur de marcheur l'oblige à s’arrêter tous les deux mètres et ce nigaud s'entête à rester sur le trottoir au lieu de chercher à pénétrer dans les cours des maisons dont les portails s'ouvrent à sa droite. Ce comportement quasi suicidaire lui vaut sur le moment le sobriquet de "Trocon le Hérisson".

Au bout d'un moment, l'animal, qui continue d'essayer de fuir devant nous, finit par se rapprocher dangereusement de la chaussée et, n'écoutant que son cœur de maman, ma femme essaie de l'en empêcher.


Comme le hérisson n'est pas bien malin, il finit par traverser la route sous la surveillance de ma Josette qui arrête même une voiture pour que la bête ne finisse pas en "crêpe sauce piquants".

L'animal est stressé et certainement affamé et le laisser là le condamne à mort d'autant que non loin, je vois un chat blanc qui s'aiguise déjà les griffes, un sourire sardonique aux lèvres.

Et qui est chargé de prendre le hérisson à pleines mains pour le mettre à l'abri ? C'est le Lutin, bien sûr !

Je m'équipe de mouchoirs papier car je sais ce genre de mammifère bourré de parasites et je chope la boule de pics à saucisses entre mes mains. Le pauvre gars se tortille comme un damné et essaie même de me mordre mais on ne la fait pas au Lutin.

Deux cents mètres plus loin, je lâche  Trocon dans un terrain vague herbeux et pourvu de nombreux buissons où il aura de meilleures chances de survie que dans le rue. 

******

En guise de conclusion, quelques infos sur le hérisson :

Il n'y a chez nous qu'une seule espèce de Hérisson (h aspiré) : Erinaceus europeanus. L'observation de hérissons à nez pointu ou à nez de cochon correspond à deux périodes de vie du même animal : à la fin de la belle saison, le hérisson se gave pour préparer son hibernation et il stocke beaucoup de graisse dans son museau qui change alors de forme (source : la Hulotte).

C'est très ballot de donner du lait aux hérissons car, comme pratiquement tous les animaux (et même pas mal d'humains), le hérisson ne digère pas le lactose et l'ingestion de lait lui donne la diarrhée qui peut le mener à la mort par déshydratation.

Pour terminer, je rappelle que le hérisson (animal protégé) est très utile au jardin car il est un gros consommateur de limaces mais qu'il est vain de vouloir l'enfermer chez vous car il grimpe très bien aux clôtures.



Dessin : La Hulotte

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire