mardi 31 mars 2015

Alençon-Médavy 2015



Rendez-vous chez Hervé, c'est une tradition,
Petit groupe habitué à bouger les jambons.
Discussion véhémente sur son équipement,
J'ai choisi bien qu'il vente de courir légèrement

Arrivés au départ, dans l'instant nous partons
Uriner notre part sur les haies en bourgeons.
Ce jour d'hui je ne cours que pour moi, c'est nouveau.
Autrement, c’était pour mes amies au cul beau.

Bien à l'aise dans mon short, dans la foule j'attends
Météo, que m'importe, à l'abri à présent.
Le départ est donné, près de quinze ! Je file,
Je ne sens pas mes pieds, ni mon âge c'est facile...

A l'assaut de Bretagne puis de la rue Jullien,
Je galope, je me magne, haletant comme un chien.
Hippodrome, c'est super, je suis bien dans les temps.
Respirer, prendre l'air, sans un trou, sans un blanc.

Damigny, je la vois ma jolie petite-fille
Le grand-père, dans la joie, fait un signe, ses yeux brillent.
Aux cass'roles, aux Fourneaux je m’attelle, je carbure ;
Dans la plaine au cordeau, je régule mon allure.

Bonjour Jacques, vas-tu bien ? Devant moi, c'est Lucien.
Ces gars-là, des copains, les poutrer ce s'ra bien !
Une bouteille, un gorgeon, ouf ! C'est le ravito.
Je repars vers Radon, à l'assaut, à l'assaut !

Voici les Ragottières, il ne faut pas faiblir.
Ça va bien, encore vert mais après ce s'ra pire !
Ah, j'arrive au dixième, quarante-quatre c'est bonnard ;
Une heure quinze sans problème j'atteindrai au plus tard.

Le Vignage, cinq mille mètres : douze à l'heure, c'est prévu
Pour monter, faut pas s'mettre de phalanges dans le cul !
Sans souffrir, je progresse ; concurrent, camarade
Vois mon dos, vois mes fesses si tu tombes en rade.

Voici Jacques et Lucien, j'encourage en passant
Oui je sais, c'est vilain, j'suis comme ça, j'suis méchant.
Près de moi, un beau grand avec des gants de boxe.
Il me suit en soufflant, je l'aurai à l'intox.

C'est la fin, j'accélère, le chrono annonce treize ;
Moins de quinze c'est dans l'air : le gâteau et la fraise !
C'est quatorze et une heure, pour un vieux, c'est au poil,
C'est l'argent, c'est le beurre, la crémière, l'idéal !

Quatre cents et puis treize, bien classé, c'est d'accord.
Sur trois mille, c'est balèze arrivant à bon port.
Mon dernier Médavy pour moi vétéran deux ;
A soixante, m'est avis, il faudra être heureux.

Comme Henri, soixante-dix, une heure vingt, très en forme ;
Ce V quatre, ce qu'il fit, c'est géant, c'est énorme !
Maintenant, il est temps de rejoindre ma Josette
Pour descendre, trottinant, huit petits kilomètres.

Et chanter sous la douche puis aller chez Cathy
Picoler à la louche avec de bons amis.

1 commentaire: