dimanche 6 septembre 2015

Six haïkus et tankas libres comme l'air




Bruissement d'écailles
La brindille remue à peine
Puis se fond dans l'herbe

 



Chaleur et oubli
Oiseaux enfuis, vents figés
Saison infinie

Ciel blanc, abeilles enfiévrées
L'automne est derrière la porte






Peau luisante et douce
Dans sa prison de dentelle
Promesse sucrée


鬼灯





Dans les coquillages
Le vent aux songes nacrés
Retient l'océan

Sa peau aux perles d'été
A une odeur d'infini


貝類


 

 Ses pas sur la neige
Effleurent la peau de l'hiver
Crissements ouatés


白雪

  

Saison paresseuse
Sur l'herbe couleur pain d'épices
Le merle s'attarde 


Éclair gris surgi de l'ombre
La mort frappe, le chat s'amuse 





Merci à Tonton Gilles de m'avoir lancé ce défi poétique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire