dimanche 20 mars 2016

Courir 8

Ma course

Chaque coureur a sa course préférée, en ce qui me concerne, c'est Alençon-Médavy, seize kilomètres en ligne qui vous propulsent en haut de la forêt d'Ecouves après une ultime montée de cinq kilomètres en continu. 

Chez moi, c'est une institution qui attire chaque année plus de 3000 coureurs et nombreux sont les Alençonnais à avoir gravi ce Golgotha local. Eh oui, cette épreuve en est une.

La première fois que j'ai participé à cette classique normande, j'étais plus que débutant, je pris le départ fort vite et, quand au pied du Vignage se profila la fameuse côte de Médavy, je ressentis pour la première fois ce que voulait dire l'expression "semelles de plomb". Ce qui me marqua le plus, ce ne fut pas le chrono fort acceptable d'1h17' mais plutôt la nuit qui suivit que je passai sur les toilettes, agité par les spasmes vengeurs de mes intestins qui ne partageaient pas ma nouvelle passion sportive. 

L'année d'après, je réitérai et explosai vers le douzième kilomètre, faisant cinq minutes de plus que l'année précédente. J'étais conquis : cette course était faite pour moi.

Alençon-Médavy pour moi, c'est l'échauffement au milieu de la fourmilière, les buissons pris d'assaut par les vessies surexcitées, l'attente parmi la foule-pas trop loin de la ligne si on veut faire un temps-, une bande de fous qui dévalent la rue de Bretagne à tombeau ouvert, un quartier bourré de spectateurs d'où fusent les cris d'encouragements de mes élèves, une première côtelette qui fait rire les habitués, une plaine sur laquelle il faut aller vite mais sans se griller, une deuxième côte plus sérieuse au pied de laquelle le huitième kilomètre me donne presque à coup sûr mon chrono d'arrivée, un dernier plat fort court puis la montée dans la merveille forestière qui semble vous avaler, cinq kilomètres de côte avec l'interdiction de descendre sous le 12 de moyenne, les pique-niqueurs qui m'encouragent en brandissant leurs bouteilles de pinard, le dernier kilomètre moins pentu mais que les poumons estiment encore trop dur, une foule qui se resserre pour n'être plus qu'un couloir hurlant d'où j'émerge à bout de souffle, les cuisses en feu mais l'esprit en paix, la bousculade du ravitaillement, les sempiternels "t'as fait combien ?" et enfin la descente avec les amis en trottinant vers Alençon sous les yeux ébahis des derniers spectateurs qui se frappent la tempe droite avec l'index en nous voyant passer.

La montée vers Médavy est un théâtre de verdure sur lequel se jouent des comédies, des tragédies et parfois des drames. Je me souviendrai toujours de cette fournaise inattendue dans laquelle j'accompagnai Cathy qui paraissait au bord de la rupture et qui montait, montait, montait, le rouge au visage et la rage au ventre pendant que les hommes tombaient autour d'elle. Je me souviens de ce concurrent suffoquant sur le bord du quatorzième kilomètre auquel je donnai notre dernière réserve d'eau et des terribles crampes qui prirent ma camarade dès la ligne franchie. Je me souviens de ce tout jeune homme qui perdit la vie ce jour-là et dont les hêtres et les chênes semblent garder le souvenir longtemps après.

Durant des années, je n'ai fait que progresser pour finalement atteindre les 1h07' aux alentours de 50 ans. Alors que je suis un coureur moyen, terminant souvent dans le ventre mou du peloton, j'ai toujours eu d'excellents classements sur cette course, atteignant même la 380ème place sur plus de 3000. J'espère encore cette année ne pas dépasser les 1h15' pour mes 60 ans, ce qui sera difficile, bien sûr, mais pas impossible car c'est "ma" course.


1  2  3  4  5  6  7
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire