mardi 28 septembre 2010

Renaissance


Ami cinéphile fauché, le Lutin va te gâter aujourd'hui avec RENAISSANCE, le film d'animation de Christian Volckman sorti en 2006 et que l'on peut trouver à 10 € en DVD.
L'histoire : En 2054, à Paris, Ilona Tasuiev une jeune scientifique est kidnappée. Avalon, l'entreprise qui l'emploie fait pression sur Karas, un policier spécialisé dans les affaires d'enlèvement, pour retrouver au plus vite la disparue. Karas sent rapidement une présence dans son sillage. Il n'est pas seul sur les traces d'Ilona. La jeune femme est l'enjeu d'une guerre occulte qui la dépasse. Elle est la clef d'un protocole mettant en cause le futur du genre humain : le protocole Renaissance...


La technique : Renaissance a été filmé en utilisant un principe de plus en plus répandu dans l'animation moderne : la motion capture. Ce procédé permet de capturer les gestes de vrais comédiens sur ordinateur, et ensuite d'"habiller" les mouvements de personnages virtuels - un peu comme Gollum dans "Le seigneur des anneaux"- ce qui donne une grande fluidité aux personnages qui se comportent comme de véritables acteurs. De plus, le film est entièrement fait en noir et blanc sans nuances de gris; parti pris risqué, esthétiquement parlant, mais tout à fait réussi.


Mon avis : Une fois de plus, les studios français montrent un savoir-faire exceptionnel comme dans le cas de Kaena, autre bijou d'animation par ordinateur. L'histoire (qui lorgne du côté de Blade Runner) tient largement la route même si elle reste très classique pour un amateur de science-fiction averti. Ce film au dénouement sans concession tranche sévèrement avec la  production fantastique américaine actuelle basée sur des effets spéciaux aussi réussis que décérébrants (des fois, ça détend d'être décérébré, je le reconnais).

Ce long métrage plaira aussi aux amateurs de film noir qui y retrouveront les codes du genre. Une fois de plus, le cinéma européen montre qu'on peut faire de la qualité sans tomber dans le clip américanophile ou la comédie franchouillarde. 

Bande annonce :
Défaut commun des trailers : on y voit un film d'action
alors qu'il s'agit d'un film noir beaucoup plus posé.
Désolé, c'est en anglais


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire