dimanche 17 octobre 2010

La Musique au Moyen Age 4

 Carmina Burana



Carmina Burana ! En voilà un nom qui me dit quelque chose ! Mais oui, j'ai entendu ça au départ d'un marathon. Un choeur grandiloquent qui pète, le genre de chose qui vous booste sévèrement.

Ben, ça c'est une oeuvre de Carl Orff (1895-1982). Sa partition la plus célèbre fut composée d'après les paroles se trouvant dans un manuscrit trouvé dans l'abbaye de Benediktbeuren en Bavière.

Ces chants intitulés "Carmina Burana" (chants de Beuren) étaient pour la plupart l'oeuvre de Goliards qui étaient de drôles d'énergumènes, c'est le moins qu'on puisse dire !

Page du manuscrit des Carmina Burana représentant la roue
de la Fortune qui abat les puissants et hausse les faibles

Les Goliards étaient des étudiants en théologie et des clercs à l'esprit libre qui n'hésitaient pas à brocarder et à parodier l'Eglise.

À la Saint Rémy par exemple, les Goliards allaient à la messe, en procession, chacun traînant sur le sol un hareng au bout d'une cordelette, le jeu étant de marcher sur le hareng de devant et d'éviter que son propre hareng ne soit piétiné.

Dans certaines régions, on célébrait la fête de l'âne, lors de laquelle un âne vêtu d'un costume loufoque était mené jusqu'au chœur de l'église où un chantre psalmodiait une chanson en louange à l'âne. Lorsqu'il marquait une pause, le public devait répondre "Hi Han, Sire Ane, Hi Han".

Bon, ça ne plaisait pas toujours à la hiérarchie comme en témoigne cette plainte de l'Université de Paris :
"Prêtres et Clercs ... dansent dans le chœur habillés comme des femmes ... ils chantent des chansons légères. Ils mangent du boudin noir sur l'autel lui-même alors que le célébrant dit la messe. Ils jouent aux dés sur l'autel. Ils encensent avec de la fumée puante provenant de semelles de vieilles chaussures. Ils courent et sautent à travers l'église sans rougir de leur propre honte. Enfin, ils conduisent des chariots et des carrioles usés à travers la ville et soulèvent les éclats de rire de leurs acolytes et des passants grâce à leurs représentations théâtrales infâmes remplies de gestes impudiques et de mots vulgaires et dévoyés.."
On savait s'amuser au Moyen-âge !

Le manuscrit des Carmina Burana est une compilation de 315 pièces réalisée entre 1225 et 1250 avec des textes en Latin, en Français et en Allemand. On y trouve des chants religieux (dont une "messe des joueurs" qui se célèbre en buvant et en jouant aux dés), des chants d'amour, des chants satiriques et des chansons à boire.

Certains des textes retrouvés en Bavière étaient accompagnés de neumes (notes) permettant une interprétation musicale. Voici une de ces pièces :

In Gedeonis Area (Ref)



  1  2  3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire