samedi 23 octobre 2010

Louée soit la Police



Pas d'accord !

Pas contents les membres du syndicat SGP Police quand au printemps ils ont vu cette affiche de mes voisins Sarthois, "Les Poulets de Loué" :


Bon, l'uniforme n'est pas très actuel mais on sent comme une raillerie. Personnellement, je trouve la pub plutôt bon enfant mais en ces temps difficiles (suppressions de postes, politique du chiffre, surdité de la hiérarchie) dans la police et la gendarmerie, je peux imaginer que cela irrite...

Donc, pas de railleries, sarcasmes lazzis et autres pasquinades de la part du Lutin mais une interrogation : Pourquoi compare-t-on les policiers à la gent emplumée ?

C'est carrément le site du ministère de l'intérieur qui nous renseigne sur le sujet :

"En 1871, Jules Ferry met à disposition de la préfecture de police la caserne de la Cité pour en faire son siège. Cette caserne ayant été bâtie sur l'emplacement de l'ancien marché aux volailles de Paris le sobriquet de poulet est alors donné aux policiers."


Eloignons-nous de la police mais restons avec les poulets. Une acception vieillie de terme est : "message, billet doux". L'usage de poules à la place des  pigeons pour porter les lettres d'amour pourrait sembler douteux mais il faut se pencher sur l'explication fournie par Louis Sébastien Mercier à la fin du XVIIIème siècle :

 « C’étoit autrefois en Italie les vendeurs de poulets qui portoient les billets doux aux femmes : ils glissoient le billet sous l’aile du plus gros, et la dame avertie ne manquoit pas de le prendre. Ce manège ayant été découvert, le premier messager d’amour qui fut pris, fut puni pas l’estrapade, avec des poulets vivants attachés aux pieds. Depuis ce tems, poulet est synonyme de billet doux. » 

 Supplice de l'estrapade

Et si l'on faisait porter les lettres d'amour par la Police ? En voilà une idée qui améliorerait son image !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire