dimanche 10 octobre 2010

Trail des Méandres de la Rouvre 2009

 Ça faisait longtemps !



Oui, ça faisait longtemps que je ne m'étais pas vautré comme ça. Je commençais à m'inquiéter !

Commençons par le commencement ou plutôt, débutons par le début :

Pour participer au trail des méandres de la Rouvre, Ricounet, Ricounette, Mustang et moi, nous sommes allés samedi à Ménil Hubert, un charmant village de l'Orne dont j'ignorais jusqu'ici l'existence. Ménil Hubert, c'est ça :



Quand je me suis inscrit à ce trail, je me suis dit : "21 km, c'est ma distance. Je vais tous tellement les poutrer qu'ils vont pleurer leur mère."
C'est donc très sûr de moi qu'une fois arrivé, je salue les Kikous présents.

 Breizhman14 (Michel) et Co14 (Corinne), le Lutin va vous allumer !

A 17 heures, après une belle renapée, nous prenons le départ sur un bon rythme. Le Mustang s'échappe avec un autre Trailer d'Ecouves, le Grand Pascal. Dès la première grimpette, je sens que ça chauffe un peu au niveau des pistons.

 Ricounette et le Lutin. Devinez qui va craquer ?

C'est pas grave ! Je mets les ailerons en position piqué et je me te leur fais une démonstration de descente lutinesque de derrière les fagots. Je décoiffe le Ricounet et le Mustang qui progressent pourtant assez vite.

 Mustang et Ricounet juste derrière.

Dès la montée suivante, je me fais passer par Ricounet accompagné de sa Ricounette. J'ai comme l'impression qu'il y a un bug. Je n'avais pas prévu cela au scénario. Bon, j'ai quand même la satisfaction de doubler le Grand Pascal qui était parti devant comme un fou. Il faut dire que sa Cathy et ses quarante gamins sont sur le circuit en tant que marcheurs. 

 En fait, c'est quatre enfants qu'il a le Pascal,
j'avais mal compté.

C'est marrant mais je sens que je ne suis pas comme d'habitude. J'ai l'impression d'aller vite et je me fais doubler... 

Le ravito, on est au milieu de la course. Je regarde ma montre, on n'est pas loin de l'heure de course pour moins de onze bornes. A Athis, sur un terrain voisin, j'avais atteint le 15ème kilo en 1h15. C'est quoi ce rythme de percheron ?

 Peu de temps après, dans une descente, j'entends des cris, que dis-je, des hennissements. Horreur et Poutréfaction ! Le Mustang et le Pascal sont à ma poursuite ! Et ils me passent tellement vite que le souffle me projette presque dans le fossé.
Aurais-je une baisse de forme ? Serais-je en train de ressentir un peu de fatigue ? Mes camarades sont-ils dopés ?

Non, je suis seulement en train d'être atteint du syndrome de la bouteille renversée : Je me vide en quelques minutes comme au Marathon de Paris. Rassurez-vous, ce n'est pas par mes orifices naturels que je me vide, je m'exprime au sens figuré. C'est par le cerveau que je pars à vau-l'eau et c'est aussi rapide qu'une bonne diarrhée bien liquide. J'ai les boyaux de la tête qui lâchent et c'est pas beau à voir. Tout mon mental se répand sur le chemin. Mais c'est Hoooorriiible !!!

Il ne me reste plus qu'à marcher...

 Et m...., il reste pas loin de huit bornes ! 

Un peu plus loin, Corinne me rejoint et essaie de m'inciter à la suivre mais ma truffe chaude, mes oreilles tombantes et ma queue entre les pattes la convainquent qu'il est trop tard pour ce pauvre Lutin. Heureusement qu'elle n'est pas vétérinaire car je crois bien qu'elle m'aurait piqué pour abréger mes souffrances...
Pendant un moment, je suis doublé par des concurrents qui me demandent  gentiment si je vais bien. Je leur réponds poliment en me retenant de les insulter : "Ça va, juste un peu de fatigue...".
Je n'allais pas leur dire : "Vous ne voyez pas que je suis en train de crever bande de charognards !" Ben non, c'est pas poli !

Au bout d'un moment, je commence à m'ennuyer. Je vois de moins en moins de monde et ceux que je vois ne sont plus très frais même si aucun n'est dans un état de décomposition aussi avancé que moi. 
Pour m'occuper, j'ai l'idée aussi sotte que grenue d'effectuer un reportage sur mon naufrage :


20th century Fox présente :
La revanche du retour du crash
Avec le Lutin d'Ecouves dans le rôle du Titanic


Episode 1 : A New Daube
Où l'on voit le Lutin ramper sur une route parmi les morts-vivants.
 

Episode 2 : Le Pire contre-attaque
Où le Lutin essaie dérisoirement de trottiner alors que la nuit lui propose de tomber prématurément pour jeter un voile pudique sur ce naufrage pathétique.




Episode 3 : La menace fend l'homme
Où le Lutin anéanti apprend qu'il est poursuivi par les derniers concurrents.


Episode 4 : C'est guère des clones
Où le Lutin est abordé par deux faux jumeaux qui lui proposent de le prendre en charge.


 
Episode 5 : Le retour du jet d'ail
Où l'on voit que même s'il l'a profond dans l'oignon, le Lutin ne peut toutefois pas s'empêcher de frimer. 

 
The End
Voilà, sinon ce trail est bien organisé, les gens y sont très sympathiques et en plus, la Normandie, c'est Bôôô !

Photos additionnelles : normandiecourseapied.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire