jeudi 14 octobre 2010

La Buresartienne 2009

Poutrer or not poutrer,
that is the question !

Bursard, c'est à 15 bornes de chez moi et un trailer d'Ecouves, Stéphane y organise une course aussi sympa qu'originale : un 10,5 km mi-route mi-trail (non, j'ai pas écrit ma biroute mitraille). Stéphane (Pepe 61), c'est un excellent coureur. C'est d'ailleurs à cause de lui que ces petits cons jeunes présomptueux d'Orange ont battu ma prestigieuse équipe de V2 au Relais de Condé.

 Le Stéphane, organisateur de la course

Jusque-là, tout va bien...

Quand j'arrive sur le site de la course avec Riah50 et nos épouses, je constate que chacun se prépare...


A l'inscription, je rencontre une forte délégation de coureurs des Souffles de l'Espoir. Les Souffles, c'est un peu nos Dunes d'Espoir à nous, des gens qui courent contre la mucoviscidose. La fréquentation de ces gens me fait du bien même si je me sens un peu plus petit qu'eux...


Je fais aussi un petit saut par la plage naturiste de Bursard. Bon, c'est pas la Côte Atlantique mais c'est toujours ça !

  
Ça commence à se gâter !

La course des poussins démarre, encadrée par le Fox et l'Essuin qui se sont encore habillés en orange comme l'élite. Ça m'énerve !


Je rencontre aussi Bin' qui vient de gagner (comme d'habitude !) la course minimes. Il répond déjà aux questions de la presse d'un air blasé. C'est ça les stars !


Et voici Laurel et Hardy Dom61 et Titi61. Je viens d'apprendre qu'ils courront leur premier marathon à Paris où je les retrouverai en avril. Ils espèrent secrètement m'y poutrer...


Les Fous de la Diagonale ont envoyé une délégation, ils ont couru samedi  matin et ce matin en forêt mais ils viennent quand même courir cet après-midi. Quelle santé !

 Pascal, le grand Raymond, Ricounette et Ricounet
Ils vont bientôt aller courir le GRR.

 La situation devient grave

Et pourquoi elle devient grave la situation ? Hein ? Eh bien à cause de lui :


Ce jeune négociant en sperme de taureau est depuis peu Trailer d'Ecouves et il me fait une concurrence éhontée en ce qui concerne l'humour qu'il a abondant et acide (comme la semence de ses clients). On croirait qu'il a fait ses études chez les Lutins ! De plus, malgré son expérience dérisoirement microscopique, il court déjà très bien et surtout très vite. De surcroît, il a seize ans de moins que moi. GRRRRR !
Il a averti tout le monde depuis longtemps, il va poutrer le Lutin. Il l'a même écrit sur Kikouroù :
"Dimanche à Bursard, je te poutre le lutin version haute définition blu-ray et son dolby surround... "
Un cauchemar en orange
Ben oui, c'est le départ et l'Essuin part avec les premiers, j'en reviens pas ! Mais il est à plus de 16 à l'heure et ça grimpe ! Au fou ! Je fais ce que je peux mais j'ai déjà 50 mètres de retard. 
Premier raidillon, j'aperçois l'Impudent déjà tout en haut. Je pousse comme je peux, le palpitant coincé dans la gorge. L'Essuin prend la descente avant moi non sans avoir vérifié qu'un Lutin ne lui astiquait pas le pot d'échappement.


Quand je bascule de l'autre côté de la côte, l'Effronté est déjà loin et je cours un moment avec Daphné, la première féminine, toute jeune senior. J'admire un moment ses fesses sa splendide foulée mais c'est pas le tout, l'Insolent est loin et je plante  là Daphné à regret pour partir à la poursuite de l'Impertinent.
Nous faisons le tour de l'hippodrome qui se trouve à la lisière de la forêt. Le Paltoquet a molli quelque peu et se trouve un moment à moins de 50 mètres de moi. A chaque virage en épingle, il m'apostrophe : "Lutin, Lutin, Lutin !".
Nous montons dans la forêt je tourne à un bon rythme, vu le terrain pas facile, mais je ne peux pas coller aux basques de l'Irrespectueux.
C'est dans la forêt que j'aperçois une pancarte fixée par une main dont je devine les orange desseins :


J'entends rire autour de moi...


Cette fois-ci, c'est plié. L'Essuin s'envole dès le 5ème kilo et je ne le vois plus au bout d'un moment. Et pourtant, je fonce et ne lâche rien. Cela ne suffit pas.
L'Essuin est aux anges et remercie Saint Troudu le patron des Outrecuidants.


Retour sur la route : J'ai beau grimper à nouveau puis descendre enfin comme un damné, rien n'y fait et le Présomptueux termine presque deux minutes devant moi.


Poutrant et pourtant poutré, j'arrive en 46' pile pour 10,5km. Ça fait du 44' au dix km. Le chrono n'est pas fabuleux mais sur ce terrain, impossible d'établir un record de vitesse.
Quant à l'Essuin, il est fort content de son temps, à juste titre. Et surtout : Il a poutré le Lutin !
Je me fais payer une bière par Titi61 sous prétexte que je l'ai battu et je me fais payer une deuxième bière par l'Essuin sous prétexte qu'il m'a battu. Pas fou le Lutin ! Et je ne suis pas le seul à profiter de la bière, je crois...

 Ma Josette qui a couru et la Béa du Riah qui a bu

Il y en a un qui ne se fait pas de bile, c'est Riah50 qui arrive premier V3. Il y aura au moins un Kikou sur le podium !


Bon, comme je ne suis pas rancunier, j'emmène L'Essuin avec le Stéphane au Marathon de La Rochelle fin Novembre. Je vais faire ça cool... enfin, jusqu'à ce que l'Essuin présente des signes de fatigue. Dans ce cas...



Photos additionnelles : Béa, Bin' et Mustang pour NCAP

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire