dimanche 23 août 2015

Les nouveaux habitants du chardon bleu

En 2010, je vous parlais d'un chardon bleu que j'avais acheté en Bretagne pour le transplanter dans mon jardin de lutin normand (voir ICI). L'animal, si je puis dire, s'y est trouvé fort à l'aise et a même fait des petits, attirant de nombreux insectes intéressés par sa subtile odeur de cadavre en décomposition. Outre le fait que cette plante me renseigne sur les différentes espèces d'insectes butineurs (non, il n'y a pas que les abeilles), elle me permet d'année en année d'apercevoir de nouvelles espèces qui semblent bien remonter du sud, témoignant ainsi d'un probable réchauffement climatique. 

Scolia hirta

Joli regard... la scolie hirsute est qualifiée d'insecte xérophile, c'est à dire vivant dans des milieux très pauvres en eau comme les dunes, collines et prairies sèches. C'est un insecte méditerranéen plus commun en Afrique du Nord, Europe du Sud et jusqu'en Iran. Depuis deux ans, la scolie vient chez moi, dans l'Orne. Elle ressemble plus précisément à ça :

Scolia hirta

C'est une guêpe solitaire mais elle est dépourvue d'agressivité. Il faudra cependant éviter de la prendre à la main car sa piqûre est douloureuse bien que sans danger.

Delta unguiculatum

Autre guêpe solitaire, l'énorme eumène unguiculé (de la taille d'un frelon) très commune en Espagne et qui n'était jusqu'ici remontée qu'au niveau des Charentes. Elle est présente chez le lutin alençonnais depuis 2011 (voir ce billet). Ne lui faites pas de mal, elle est, elle aussi, parfaitement pacifique.

Isondontia mexicana

L'isodontia mexicana est une guêpe solitaire américaine qui s'est implantée dans le Midi il y a environ 50 ans, elle remonte vers le nord depuis 2003 et est arrivée chez moi en 2014.

Polistes dominula

Dernière guêpe, sociale par contre, Polistes dominula est un gros poliste très pacifique mais attention cependant à sa piqûre qui peut poser des problèmes d'allergie. Cela dit, il faut la prendre dans les mains pour qu'elle daigne vous piquer !

Anthidium septemspinosum

De nombreuses abeilles et bourdons de plusieurs types fréquentent le chardon bleu mais je n'avais pas encore vu cette abeille cotonnière. Cette espèce particulière (Anthidium septemspinosum) était jusqu’ici absente de Normandie. Je ne me suis pas permis de lui demander ses papiers...

Sphecodes albilabris

Autre abeille solitaire, le Sphécode à labre blanc est un nouveau venu de 2015.

 
Helophilus pendulus

Les syrphes sont parmi les plus belles mouches comme cet hélophile suspendu de belle taille...

Volucella zonaria

... mais la plus belle est sans doute la volucelle zonée qui imite le frelon dont elle a presque la taille, ce qui peut faire peur aux phobiques. Pourtant, l'insecte est totalement inoffensif.

Volucella pellucens

Sa cousine, la volucelle transparente est un peu plus petite mais toujours élégante. Les deux espèces de volucelles sont des animaux des bois et zones humides mais elles fréquentent mon jardin de ville depuis deux ans.

Synanthedon formicaeformis

Plus curieux ici, ce petit papillon, la sésie fourmi ne devrait fréquenter que les saules dont se nourrit sa chenille. L'appel du chardon a été le plus fort...

Cetonia aurata

Et pour terminer, même la cétoine dorée vient butiner le chardon bleu. Elle, elle n'est ni rare ni nuisible, au contraire. Sa larve est un excellent recycleur de matières organiques pour votre compost (attention, elle ressemble à celle du hanneton [gros ver blanc] mais ne provoque aucun dégât dans les cultures), quant à l'adulte, c'est un important pollinisateur à la grande polyvalence.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire