lundi 11 octobre 2010

Chroniques du Camping 9

 Alla Turca


Changer d'emplacement de camping, c'est parfois changer aussi de bloc sanitaire. Cette année, j'ai donc découvert des sanitaires plus récents, plus vastes et... ô joie, pourvus de toilettes à la Turque. Bonheur !

La chose est peu connue car je suis d'un naturel réservé comme chacun le sait mais je suis un fan de ce type de toilettes importées du pays qui inventa à la fois le kebab et le moyen de l'évacuer.

Le Français, sûr de sa supériorité, préfère le siège occidental qui l'oblige soit à partager les parasites de ceux qui l'ont précédé soit à se forger une musculature d'athlète lui permettant de rester suspendu à quelques centimètres au-dessus de la cuvette risquant par là-même de s'éclabousser au moment de la livraison du paquet cadeau lâché à trop grande distance de la surface de l'eau. Et je ne parle pas des propriétés acoustiques d'un tel dispositif propre à amplifier toute émission bruyante de gaz accompagnant le processus (voir épisode 3).

Eh bien le Français, il a tort ! Ce procédé d'évacuation sanitaire inventé au temps de l'empire Ottoman frise la perfection. Peu le savent mais sa mise au point a été le résultat d'un travail acharné de la part de plusieurs ingénieurs turcs qui n'ont pas hésité à passer des jours et des nuits de labeur pour parfaire ce génial système. Comme chacun le sait, les Turcs bossent fort.

Chaque matin, entre le petit déjeuner et la douche, j'ai donc pu me livrer avec délice à la défécation accroupie dans mon cabinet personnel (voir photo) situé au fond à gauche de la première rangée en entrant.
Quand je dis personnel, je suis proche de la vérité car la présence de toilettes à l'occidentale à proximité fait que le Français dédaigneux et l'Allemand épouvanté préfèrent déposer leur bilan dans des lieux qui leur sont plus familiers. Je me retrouve donc chaque matin presque seul à bénéficier de ce lieu d'aisance bijou de la technologie anatolienne.


Sentant bien que le flux de mon discours a besoin d'arguments solides et bien moulés, je vous propose de déposer devant vos yeux un ensemble d'arguments fruits d'une longue réflexion mais aussi de réelles recherches sur les avantages de la défécation en position accroupie :

1 Cela permet une évacuation plus complète et plus rapide que la position assise, empêchant ainsi la stagnation de matières fécales qui est un facteur non négligeable dans le développement du cancer colo-rectal et des inflammations de la paroi des intestins. 

2 Cette position épargne et protège l'ensemble des nerfs qui contrôlent la prostate, l'utérus et la vessie.

3 En position assise, la valve entre le côlon et l'intestin grêle subit une pression et a tendance à s'ouvrir, contaminant ainsi la zone terminale de l'intestin grêle. En position accroupie, cette valve ne subit aucune pression et reste bien fermée.

4 Cela épargne et repose le muscle pubo-rectal indispensable à notre faculté de continence comme indiqué sur ce schéma :


5 Cette position réduit considérablement les efforts consistant à "pousser" pour évacuer ; efforts qui, quand ils sont excessifs peuvent mener à des hernies, hémorroïdes et parfois à des descentes d'organes chez la femme.

6 La position accroupie évite aux femmes enceintes une pression désagréable sur l'utérus et les prépare à un meilleur accouchement comme l'indique cette position du Yoga :


 Voilà, si vous n'êtes pas maintenant des fans du caca à la Turque c'est que vous êtes gravement constipés des boyaux de la tête. Quant à moi, il ne me reste plus qu'à convaincre Josette de modifier les lieux d'aisance familiaux...

Comme Le Lutin est aussi un homme de culture, je terminerai ce long billet par l'hommage du grand Wolfgang Amadeus aux toilettes à la Turque qu'il a découvertes avec délices lors d'un de ses nombreux voyages. Ecoutez, le flux libéré, joyeux et continu de cette musique pétaradante :

W.A. Mozart : Alla Turca  
par Paul Badura Skoda





1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12

6 commentaires:

  1. Hey !

    ça fait plus de deux ans que tu as posté cet article édifiant et je constate que personne n'a émis de commentaire... Quelle tristesse. Les mentalités d'aujourd'hui sont aussi étroites qu'une valve pubo rectale correctement fermée. Moi je suis parfaitement d'accord avec toi, j'adore ces chiottes ;) (on sera au moins deux sur Terre).

    Allé, bon vent !

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi je préfère ces toilettes à celles dites occidentales ! Seul bémol,la hasse d'eau est parfois trop puissante ( méfiance donc ! ).

    RépondreSupprimer
  3. Je remonte la chaîne depuis le blog de Marion Montaigne et sa note sur les toilettes.
    Très intéressante cette note sur les toilettes à la turque. Petite, nous en avions à la maison et leurs trous noirs à l'haleine plus ou moins mentholée me terrorisait.
    Peut être que je ne sais pas bien les utiliser, mais pour une nana, ce type de toilette n'est pas sympa du tout. J'explique : pour faire pipi et histoire de ne pas dégeulasser la parcelle de carrelage devant le wc, on se place face au trou... 2 conséquences : les éclaboussures d'urine dans la gueule ou, en cherchant à contrôler la puissance du flux, urine sur les pieds ou bas de pantalon (et oui, pas comme vous chers messieurs, on ne peut pas contrôler le jet et écrire nos noms dans la neige). Pas top du tout.
    Autre problème : déféquer. Position dos au trou. Ok pour déposer la commission (si on est pas trop grand, pas de risque de laisser l'offrande sur le bord ou de se faire éclabousser les miches). Mais bien souvent, on urine en même temps... et on dégueulasse la parcelle de carrelage. Il est impossible d'opérer un retournement stratégique de dernier moment....
    Conclusion : les wc à la turque on été inventé par des hommes pour des hommes. Au japon, les wc à la turque sont très courts... donc on rate le wc. Sympa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce judicieux témoignage féminin qui remet les "choses" à leur place ...

      Supprimer