mercredi 29 septembre 2010

Chroniques du Camping 1

Arrivée


Pas con finalement cette idée de laisser ma  Sterckeman à sept bornes du centre de vacances. J'évite la fatigue d'un voyage périlleux avec une caravane pourave sans clignotants, aux pneus prêts à éclater.

Comme ça j'arrive frais à la réception où m'accueillent les "Walker Texas Rangers" qui assurent la sécurité dans leur merveilleux polo rouge et blanc qui va si bien avec leurs tongs portées avec des chaussettes montantes. Le plus kitsch d'entre eux, Jean-Claude le Suisse, me souhaite la bienvenue. Je serre un max de louches car ici, je suis connu en tant qu'animateur jogging. Un gars qui se lève tôt six fois par semaine pour faire courir les Allemands et accessoirement les Bataves, ça force le respect !

Je vais chercher ma carte d'accès au bureau, c'est une étudiante qui officie, elle ne connaît pas le célèbre Animateur Jogging déjà presque bronzé. Je frime un max en mettant les points sur les i.
"Je connais la boîte, ma cocotte, j'étais déjà là quand tu portais encore des couches sous ton maillot de bain."

La fille hausse légèrement les épaules et se penche vers son ordinateur pour sortir ma fiche. J'en profite pour mater comme il se doit. Les filles portent rarement des soutiens-gorge en cette saison, c'est le principal intérêt des vacances.

Direction l'emplacement que j'occupe depuis 18 ans. Là, m'attend mon voisin le Père Casse-Couilles, un instit retraité qui me gonfle depuis des années avec son habitude de m'assommer avec des banalités affligeantes à chaque fois que je le croise, du genre :

(je pars pisser aux sanitaires) "Il va pleuvoir, sale temps !"
(je vais faire la vaisselle) "Ah, c'est la corvée !"
(je mets la table) "Bon appétit !"
(j'arrive en courant) "Le sport, ça fatigue !"

... J'en passe, et des pires !

Comme je suis bien élevé, je ne lui enfonce pas la manivelle que je tiens à la main dans le fondement et je continue d'abaisser les pieds de ma caravane en le saluant civilement.

Je branche mon câble électrique sur la borne ad hoc et je fixe mon tuyau d'eau au crochet que j'ai vissé il y a moult années au tronc de mon pin.

Il ne reste plus qu'à monter l'auvent et les vacances commencent. 

Dix-huit ans à la même place ! Je pense à Claude Brasseur dans le film "Camping". Quel vieux con agrippé à ses habitudes comme la patelle à son rocher ! 

C'est décidé, l'année prochaine je change d'emplacement. Soyons fous !


1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire