mercredi 6 avril 2011

Les Folies d'Espagne 30

Carl Philipp Emanuel Bach
1714-1788


Pas facile d'être le fils du grand Johann Sebastian. Carl Philipp Emanuel, deuxième fils de Bach en sait quelque chose. Son père qui fut son seul professeur de musique lui préférait apparemment son aîné Wilhelm tout aussi doué mais plus marqué par l'ombre du père.

En 1738, celui qu'on appelait Emanuel entra au service de Frédéric II de Prusse et y resta 30 années. Cet emploi dans une des cours les plus prestigieuses d'Europe aurait pu combler le musicien mais il y fut toujours considéré comme un musicien de second rang, Frédéric le grand lui préférant Quantz dont la musique, plus aimable et plus facile, était plus abordable pour le souverain qui était un flûtiste de bon niveau

CPE Bach était pourtant un compositeur exceptionnel mais sa musique, extrêmement novatrice  n'était pas toujours comprise par ses contemporains.

La reconnaissance lui vint de la génération suivante : Mozart disait de lui : "Il est le père, nous sommes les enfants" et Beethoven le considérait comme un génie.


L'ironie du destin fit que ce fils mal aimé fut le légataire musical du grand Bach et il se retrouva dépositaire d'un grand nombre de ses partitions. C'est sa main qui inscrivit la fameuse épitaphe à la fin du dernier contrepoint de l'Art de la Fugue.

Virtuose du clavecin, CPE Bach composa "12 variationen auf die Folie d'Espagne" où l'on retrouve toute la fougue moderne et parfois déroutante du compositeur :

 


Liens vers les autres Folies :


1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20 
  
21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40



2 commentaires:

  1. Merci bien pour toutes les informations concernant le thème de la Follia. Cette musique me fascine toujours.

    RépondreSupprimer
  2. Et le petit Emanuel eut pour parrain le grand G.-Ph. Telemann.

    RépondreSupprimer